L’hibernation, le futur de l’homme ?

L’été s’en est allé, les jours raccourcissent et les températures baissent. Bientôt, une centaine d’espèces d’animaux commenceront à hiberner pour se protéger des dangers de l’hiver. Appliquée à l’homme, l’hibernation offrirait de nombreuses perspectives en matière de santé et de voyage spatial.

Par Adeline Beijns

Affronter le manque de nourriture

Qu’il s’agisse de l’ours brun, de la marmotte, du loir, de l’écureuil ou du hérisson, tous ont compris que face à la difficulté de migrer vers des cieux plus cléments et plus chauds où une nourriture abondante leur serait accessible, ne pas s’adapter et vouloir continuer à vivre «comme si de rien n’était», les mettrait en péril.

Tired Polar Bear GIF by BBC Earth
Source : Giphy

Différentes sortes d’hibernation

En fonction de l’accès ou non à de la nourriture, la taille du corps et la période de reproduction génétiquement programmée, trois sortes d’inactivités hivernales sont possibles, à savoir l’hibernation temporaire, l’hibernation dite classique et la grande hibernation.

L’hibernation temporaire est réservée aux grands ongulés herbivores tels que le cerf, le chevreuil, le chamois et le bouquetin. Ne disposant pas de réserves de graisses suffisantes sous leur manteau isolant, ces animaux ne peuvent se permettre de rester inactifs que pendant quelques heures au cours desquelles la température de leur corps tombe aux alentours de 15 degrés.

Source : Giphy

Au cours de l’hibernation « classique», les animaux s’isolent dans un repaire isolé, restent réactifs au danger et peuvent interrompre leur repos pour rechercher de la nourriture. La température du corps de ces animaux, au pelage chaud et aux réserves de graisses abondantes, ne baisse que très légèrement. Il s’agit de l’ours, du blaireau et de l’écureuil.

Enfin, au cours de la grande hibernation, les animaux tels que la marmotte, le loir, le hamster, la chauve-souris ou encore le hérisson, passent plusieurs longs mois à dormir. La température de leur corps tombe entre 3 et 5 degrés, leur cœur ralentit et ils ne montrent aucune réactivité.

Si l’hibernation concerne les mammifères qui peuvent réguler leur température, la brumation s’applique aux animaux à sang froid comme les reptiles et les amphibiens qui entrent dans un état de «sommeil profond» où ils subissent le même processus d’inactivité et de baisse de la température corporelle, du rythme cardiaque, du taux métabolique et du taux respiratoire. Les reptiles entrent généralement en brumation à la fin de l’automne et en ressortent après une période pouvant durer huit mois selon la santé, l’âge et la taille du reptile. Ils peuvent toutefois se réveiller pour boire de l’eau, puis se rendormir.

Le top 5 des animaux qui hibernent

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Le diabète de type 1 au-delà de la cinquantaine

Diagnostiquée diabétique de type 1 à l’âge de 50 ans, Evelyn a été confrontée à une réalité à laquelle elle ne s’attendait pas et qui a profondément changé sa vie. Son histoire est celle du courage et de la persévérance, et illustre l’importance du soutien familial et médical et de la technologie innovante pour faire face aux tournants inattendus de la vie. Grâce à un capteur de glycémie de pointe, Evelyn a retrouvé son autonomie et son bien-être.

Loading

Lire la suite »

Vers une vie sans sucre

Marion, une jeune femme de 29 ans, n’avait jamais envisagé de supprimer le sucre de sa vie. Tout a commencé de manière inattendue lorsqu’elle a accompagné sa mère à un rendez-vous chez une diététicienne. Alors qu’elle était là pour soutenir sa mère, qui devait perdre du poids pour des raisons de santé, Marion a fait une révélation qui allait changer sa façon de vivre : le sucre était partout et dans presque tout ce qu’elle consommait.

Loading

Lire la suite »

Le combat d’Hélène contre la polyarthrite rhumatoïde

Hélène, une femme dynamique de 65 ans, incarne la détermination et l’amour de son métier. Vivant entre Bâle et Zurich, elle a fait toute sa carrière dans le secteur du commerce de détail, jusqu’à occuper un poste de responsable des ventes. Son dynamisme insatiable l’a même conduite à reprendre des études pour devenir formatrice en gestion du personnel. Mariée à l’amour de sa vie depuis l’âge de 20 ans, elle a toujours pu compter sur le soutien indéfectible de son mari.

Loading

Lire la suite »

Psoriasis, une peau à risque ?

Dans la fleur de l’âge, Benjamin*, 32 ans, avait le monde au bout des doigts. Informaticien chevronné, mari aimant et joueur de tennis passionné, ses journées étaient remplies des joies d’une vie bien réglée. Mais sous la surface de cette existence apparemment parfaite, se profilait une bataille invisible qui allait remettre en question sa perception de la santé et du bien-être.

Loading

Lire la suite »