L’union fait la force

Récupéré sur : giphy.com

Nicole Gusset joue un rôle crucial dans l’accompagnement des personnes atteintes de SMA (amyotrophie spinale) en Suisse et, depuis peu, à l’échelle européenne, grâce à une approche basée sur l’information et la confiance.

Par Adeline Beijns

Madame Gusset, vous êtes la mère d’une fille atteinte de SMA et avez fondé l’organisation de patients SMA Suisse. La frustration a-t-elle été le moteur de cette initiative ?

Non, ce n’était pas la frustration, mais plutôt l’espoir qui m’a motivée. J’ai réalisé que nous, parents d’enfants atteints de SMA, ne pouvions devenir une force que si nous nous unissions. C’est l’union qui nous permet d’améliorer la qualité de vie de nos enfants, en accélérant le développement de nouveaux médicaments et en luttant pour leur accessibilité.

Comment avez-vous procédé pour mettre en place cette organisation ?

J’ai d’abord créé un site Internet, rendant accessible l’ensemble des informations que j’avais collectées. Puis, j’ai entrepris un travail de fond pour identifier et contacter toutes les familles et individus concernés par la SMA en Suisse pour les informer de notre existence. Mon but était de bâtir une organisation représentative de toutes les personnes touchées par la SMA.

Récupéré sur : giphy.com

Quels sacrifices avez-vous dû consentir ?

Aucun car j’ai découvert une passion insoupçonnée qui me remplit d’enthousiasme. Ce travail, bien que chronophage, est pour moi une source d’enrichissement. Bien sûr, j’apprécierais une participation plus active de la part de la communauté, mais j’ai appris à ne pas me créer d’attentes excessives. Le diagnostic de Victoria a certes été un moment sombre, mais il a aussi ouvert la porte à de nouvelles possibilités. Aujourd’hui, je suis également à la tête de SMA Europe, qui regroupe 26 pays, et je dirige une équipe de huit employés à travers l’Europe, luttant pour l’accès aux médicaments pour tous.

Avez-vous reçu le soutien des médecins spécialistes ?

Établir des liens avec les spécialistes a pris du temps. Ils ont dû apprendre à nous faire confiance, reconnaissant notre organisation comme sérieuse et pérenne.

SMA Suisse va-t-elle au-delà d’un simple groupe de soutien ?

Absolument. Nous nous engageons à informer, à mettre en réseau et à revendiquer. Dès l’approbation et le remboursement du premier médicament, nous avons exercé une pression sur les autorités et les assureurs, soulignant l’urgence de l’accès au traitement pour les patients SMA. Notre combat est parfois frontal, nécessitant de marquer fermement notre position.

Comment la plateforme a-t-elle évolué pour devenir un centre de connaissances pour les personnes atteintes de SMA en Suisse ?

Depuis nos débuts en 2012 et la fondation de l’association en 2016, nous avons renforcé notre réseau et accru la confiance dans notre action. Aujourd’hui, nous disposons de traitements stabilisant la maladie et ouvrant des perspectives d’avenir. Nous cherchons désormais des améliorations pratiques pour simplifier le quotidien des personnes atteintes, à travers l’initiative Smart Innovations.

Récupéré sur : giphy.com

Pouvez-vous nous en dire plus sur Smart Innovations ?

L’objectif est de rendre ces inventions accessibles à toute la communauté, espérant inspirer le développement de nouveaux outils pratiques. La plateforme est ouverte à tous, renforçant le sentiment de communauté et, à terme, nous souhaitons collaborer avec des start-ups et des universités pour créer des produits encore plus sophistiqués.

Quelle importance revêt l’échange de connaissances au-delà des frontières ?

Les liens internationaux sont cruciaux. Étant donné le nombre restreint de patients en Suisse, notre adhésion à SMA Europe nous permet de renforcer notre impact à l’échelle mondiale, en collaboration étroite avec l’industrie pharmaceutique pour faire valoir nos besoins.

Quel est votre vœu le plus cher pour les personnes atteintes de SMA ?

Mon souhait est que chaque personne atteinte de SMA puisse vivre de manière aussi autonome que possible, en suivant son propre chemin selon ses désirs. C’est pour cela que nous nous battons. 

Cet article a été réalisé avec l’aimable soutien de Biogen Switzerland AG, Neuhofstrasse 30, 6340 Baar – Biogen-236967_03.2024

SMA Schweiz

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00
Ou abonnez-vous directement pour 8 éditions !
CHF78.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Partie 1 : La vie face à l’inattendu : le parcours d’Eric contre la LLC

Au cœur des enjeux médicaux, il est des histoires qui résonnent plus fort, éclairant la dimension humaine derrière les diagnostics. Cet article retrace le combat singulier d’Eric, un genevois de 69 ans, contre la leucémie lymphoïde chronique (LLC). À travers son témoignage, nous explorons non seulement les défis médicaux mais aussi l’impact émotionnel de cette maladie sur sa vie et celle de ses proches, offrant ainsi une perspective humaine sur un sujet complexe.

Loading

Lire la suite »

Le virus HPV : comprendre et agir

Le virus du papillome humain (HPV) représente l’une des infections sexuellement transmissibles les plus courantes au monde. Il touche tant les hommes que les femmes et peut avoir des conséquences sérieuses sur la santé. Cet article vise à démystifier le HPV, en expliquant ce que c’est, comment il se transmet, ses symptômes, ses risques, et plus encore.

Loading

Lire la suite »

Comprendre l’aménorrhée

L’aménorrhée primaire se réfère à l’absence de règles chez une jeune fille de plus de 16 ans sans qu’elle n’en ait jamais eu auparavant, tandis que l’aménorrhée secondaire concerne les femmes qui connaissent une interruption de leurs cycles menstruels pour une durée de trois mois ou plus.

Loading

Lire la suite »

L’endométriose : un mal invisible

Dans le dédale des maladies féminines, l’endométriose reste souvent méconnue malgré son impact profond sur la vie des femmes qui en souffrent. Affectant environ 10% des femmes en âge de procréer, cette condition révèle non seulement les limites de notre compréhension médicale mais aussi les défis quotidiens que doivent relever celles qui vivent avec.

Loading

Lire la suite »