L’hibernation, le futur de l’homme ?

L’été s’en est allé, les jours raccourcissent et les températures baissent. Bientôt, une centaine d’espèces d’animaux commenceront à hiberner pour se protéger des dangers de l’hiver. Appliquée à l’homme, l’hibernation offrirait de nombreuses perspectives en matière de santé et de voyage spatial.

Par Adeline Beijns

Affronter le manque de nourriture

Qu’il s’agisse de l’ours brun, de la marmotte, du loir, de l’écureuil ou du hérisson, tous ont compris que face à la difficulté de migrer vers des cieux plus cléments et plus chauds où une nourriture abondante leur serait accessible, ne pas s’adapter et vouloir continuer à vivre «comme si de rien n’était», les mettrait en péril.

Tired Polar Bear GIF by BBC Earth
Source : Giphy

Différentes sortes d’hibernation

En fonction de l’accès ou non à de la nourriture, la taille du corps et la période de reproduction génétiquement programmée, trois sortes d’inactivités hivernales sont possibles, à savoir l’hibernation temporaire, l’hibernation dite classique et la grande hibernation.

L’hibernation temporaire est réservée aux grands ongulés herbivores tels que le cerf, le chevreuil, le chamois et le bouquetin. Ne disposant pas de réserves de graisses suffisantes sous leur manteau isolant, ces animaux ne peuvent se permettre de rester inactifs que pendant quelques heures au cours desquelles la température de leur corps tombe aux alentours de 15 degrés.

Source : Giphy

Au cours de l’hibernation « classique», les animaux s’isolent dans un repaire isolé, restent réactifs au danger et peuvent interrompre leur repos pour rechercher de la nourriture. La température du corps de ces animaux, au pelage chaud et aux réserves de graisses abondantes, ne baisse que très légèrement. Il s’agit de l’ours, du blaireau et de l’écureuil.

Enfin, au cours de la grande hibernation, les animaux tels que la marmotte, le loir, le hamster, la chauve-souris ou encore le hérisson, passent plusieurs longs mois à dormir. La température de leur corps tombe entre 3 et 5 degrés, leur cœur ralentit et ils ne montrent aucune réactivité.

Si l’hibernation concerne les mammifères qui peuvent réguler leur température, la brumation s’applique aux animaux à sang froid comme les reptiles et les amphibiens qui entrent dans un état de «sommeil profond» où ils subissent le même processus d’inactivité et de baisse de la température corporelle, du rythme cardiaque, du taux métabolique et du taux respiratoire. Les reptiles entrent généralement en brumation à la fin de l’automne et en ressortent après une période pouvant durer huit mois selon la santé, l’âge et la taille du reptile. Ils peuvent toutefois se réveiller pour boire de l’eau, puis se rendormir.

Le top 5 des animaux qui hibernent

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Partagez sur

Partager sur facebook
Facebook

Plus d’articles :

Chez moi ça sent la rose !

Vous l’ignoriez sans doute, mais vos selles tombent forcément dans l’une des sept catégories identifiées par l’échelle de Bristol. La forme des selles dépend de la durée de leur séjour dans les intestins. Enquête… 

Lire la suite »

La maladie aux mille visages

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire chronique incurable du système nerveux central. En Suisse, plus de 15’000 personnes en souffrent. La Société suisse de la sclérose en plaques, association à but non lucratif, offre son soutien aux malades ainsi qu’à leurs proches.

Lire la suite »

AU SECOURS ! Yeux rouges, secs et irrités ?

Qui n’a pas déjà eu cette expérience désagréable de yeux secs, rouges et irrités ? Ce problème, relativement courant, est causé par un manque chronique d’hydratation et de lubrification de la surface de l’œil. Pour éviter ces désagréments et tout risque d’infection (blépharite), une bonne hygiène palpébrale est recommandée.

Lire la suite »