Pourquoi aime-t-on se faire peur ?

Qu’il s’agisse de maisons hantées, de films d’horreur ou de costumes effrayants, certaines personnes sont à la recherche de sensations fortes et terrifiantes bien au-delà de la fête d’Halloween et des parcs d’attraction. Selon une étude, ces personnes constateraient une amélioration de leur humeur et ressentiraient moins de stress. Elles seraient donc mieux préparées à affronter le quotidien. 

Par Adeline Beijns

La peur, pour se protéger

Les psychologues évolutionnistes expliquent que la peur que nous ressentons face à certaines personnes et situations est une réaction d’excitation et d’attention au cours de laquelle notre corps passe en mode combat, fuite ou immobilisation pour nous avertir de la présence d’une menace, avérée ou non. Il s’agirait donc d’une réaction destinée à nous protéger et à assurer notre survie.

Adrénaline et plaisir

Physiologiquement, lorsque nous avons peur, nous ressentons une poussée d’adrénaline et une libération d’endorphines et de dopamine, la célèbre hormone du bonheur. Cette poussée biochimique peut donner lieu à un sentiment d’euphorie, semblable à celui des opioïdes, qui procure du plaisir.

Être dans un endroit sûr

Dans son étude sociologique, expliquée dans un TEDx1, la Docteure Margee Kerr a décrit ce qui se passe dans les situations où nous recherchons volontairement des situations effrayantes pour en ressentir une sorte d’euphorie. Selon elle, lorsque nous nous soumettons à un sentiment de peur dans un environnement sûr et que nous en sommes conscients, alors la peur ressentie brièvement se transforme en sentiment de soulagement et d’appréciation. C’est une sorte d’euphorie qui explique pourquoi certaines personnes passent directement du cri au rire. Margee Kerr pense également que vivre une situation effrayante comme celle vécue dans une maison hantée donne aux gens un sentiment d’accomplissement puisque nous sortons indemnes de l’expérience. Ce sentiment d’accomplissement aurait une influence positive sur l’humeur et permettrait de mieux affronter le stress de la vie quotidienne. La sociologue mentionne aussi que vivre une expérience effrayante en groupe renforce le lien social en favorisant la création de souvenirs forts. En d’autres termes, une peur partagée peut faire d’une soirée banale, un souvenir impérissable.

Qu’en dit Freud ?

Selon Freud, les humains s’engagent dans des actes potentiellement autodestructeurs en raison d’une pulsion de mort. Sa pensée expliquerait pourquoi nous serions naturellement enclins à rechercher des situations dans lesquelles nous nous sentons en danger. A démontrer…

Référence : 1. Kerr, M., Siegle, G. J., & Orsini, J. (2019). Voluntary arousing negative experiences (VANE): Why we like to be scared. Emotion, 19(4), 682–698. Lien TEDx : https://youtu.be/gL_6bKFlLio

Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas :

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Le virus HPV : comprendre et agir

Le virus du papillome humain (HPV) représente l’une des infections sexuellement transmissibles les plus courantes au monde. Il touche tant les hommes que les femmes et peut avoir des conséquences sérieuses sur la santé. Cet article vise à démystifier le HPV, en expliquant ce que c’est, comment il se transmet, ses symptômes, ses risques, et plus encore.

Loading

Lire la suite »

Comprendre l’aménorrhée

L’aménorrhée primaire se réfère à l’absence de règles chez une jeune fille de plus de 16 ans sans qu’elle n’en ait jamais eu auparavant, tandis que l’aménorrhée secondaire concerne les femmes qui connaissent une interruption de leurs cycles menstruels pour une durée de trois mois ou plus.

Loading

Lire la suite »

L’endométriose : un mal invisible

Dans le dédale des maladies féminines, l’endométriose reste souvent méconnue malgré son impact profond sur la vie des femmes qui en souffrent. Affectant environ 10% des femmes en âge de procréer, cette condition révèle non seulement les limites de notre compréhension médicale mais aussi les défis quotidiens que doivent relever celles qui vivent avec.

Loading

Lire la suite »

Le sucre et les enfants : un doux danger

Avec les fêtes de Pâques passées, les foyers suisses, comme ailleurs, se retrouvent souvent envahis de chocolats et de confiseries. Si ces douceurs font briller les yeux des enfants, elles soulèvent également des inquiétudes chez les parents et les professionnels de la santé. Entre caries, hyperactivité et obésité infantile, le sucre est souvent pointé du doigt. Mais qu’en est-il vraiment ? Démêlons le vrai du faux entre plaisir et modération.

Loading

Lire la suite »

Faire face aux allergies : stratégies et espoirs

Les allergies affectent des millions de personnes dans le monde, et leur incidence semble augmenter en ce qui concerne les allergies respiratoires, en particulier chez les enfants. Ce phénomène préoccupant interroge sur les causes de cette hausse et sur les moyens de la combattre efficacement.

Loading

Lire la suite »