« Les cellules baladeuses » du cancer de la prostate

Passant souvent inaperçu, le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l’homme dans les pays occidentaux. L’âge et l’hérédité en sont les principaux facteurs de risques. Corrado C., 83 ans, a découvert son cancer en début d’année et se porte à merveille aujourd’hui.

Par Adeline Beijns

De la taille d’une châtaigne

En revenant de sa séance hebdomadaire de natation, Corrado en a profité pour faire quelques courses. Rien de plus normal pour cet homme énergique et drôle de 83 ans qui ne laisse pas transparaître qu’il a été opéré d’un cancer de la prostate il y a quelques mois.

Jamais n’aurait-il cru que sa prostate, petite glande située juste sous la vessie et en avant du rectum, lui causerait autant de soucis.

A l’âge adulte, une prostate en bonne santé a la taille d’une châtaigne. Mais au fur et à mesure que les années passent, les changements hormonaux conduisent à une augmentation de son volume. Ce phénomène est surtout visible une fois la cinquantaine passée. Et même si ce changement de taille est naturel, il convient de le surveiller car la prostate peut parfois doubler de volume et se transformer en orange, ce qui peut être le signe d’une maladie prostatique et entraîner des problèmes urinaires liés à la compression de l’urètre, le petit canal chargé d’amener l’urine de la vessie à la verge. 

C’est précisément ce qu’il s’est passé : « tout a commencé en novembre de l’année dernière, je n’arrivais plus du tout à uriner » décrit Corrado. Loin de s’inquiéter, Corrado attribue ce problème à son grand âge. « N’est-ce pas normal à 83 ans d’avoir quelques soucis ? » s’interroge-t-il alors.

Les jours passent et il ne parvient toujours pas à uriner. Ses filles et son épouse le poussent à aller voir un médecin sans plus attendre et c’est aux urgences que Corrado atterrit.

6000 nouveaux cas

A l’hôpital cantonal, une des premières choses que notre Italien d’origine reçoit, est une sonde « pour pouvoir enfin être soulagé ». Il ne le sait pas encore mais cette sonde, accompagnée d’une poche extérieure, sera sa compagne pendant de très nombreux mois.

D’analyses en analyses, le diagnostic se fait plus précis. L’urologue cherche en particulier à déterminer son taux de PSA (prostate specific antigen, c’est-à-dire antigène spécifique de la prostate) qui est une protéine produite dans la prostate et dont la présence peut être décelée dans le sang. Un taux de PSA supérieur à la normale peut en effet indiquer la présence d’un cancer de la prostate.

Pour Corrado, dont la valeur du PSA « dépasse tous les plafonds », c’est malheureusement le cas. En Suisse, plus de 6000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Une opération est prévue pour le début du mois de février. Entouré de sa femme et de ses deux filles, Corrado est confiant.

Prise de conscience

La date de l’opération arrive, nous sommes le 3 février 2021. « Bichonné, chouchouté, soigné, je garde de mon passage à l’hôpital un souvenir plutôt bon » sourit notre ami dont la joie et la bonne humeur, à toute épreuve, sont véritablement communicatives. C’est sans hésitation qu’on l’imagine très bien être la « coqueluche du service ». Sa femme, sereine, l’accompagne à tous les examens : « elle a toujours été à mes côtés ».

Discipliné et faisant pleinement confiance à l’équipe médicale, Corrado prend ses différents médicaments mais se rend compte qu’il s’agit de comprimés destinés aux personnes atteintes d’un cancer de la prostate avec métastases. Il comprend désormais que la situation n’était pas si anodine que cela. L’urologue lui annonce d’ailleurs qu’il devra garder sa sonde encore quelques semaines.

Chimiothérapie

Un mois après l’opération, de nouveaux examens sont pratiqués. Comme la vessie de Corrado ne se vide toujours pas comme il le faudrait, une nouvelle sonde « avec un petit robinet » lui est prescrite ainsi qu’une injection de chimiothérapie qu’il recevra tous les trois mois. « Je n’ai pas eu le moindre effet secondaire à part un eczéma à la cheville qui a vite été traité par le dermatologue » semble s’étonner notre bon vivant.

Italian Hand GIF

A la fin du mois d’avril, l’urologue lui annonce deux bonnes nouvelles « Monsieur C., puisque votre vessie ne semble plus avoir le moindre souci, nous allons pouvoir enlever votre sonde et vos analyses sanguines sont molto bene ! ». Le taux de PSA de l’octogénaire est en effet revenu dans la zone normale.

Sport et dolce vita

Depuis lors, malgré les « 4 pilules prescrites par l’oncologue que je devrai prendre à vie », Corrado se porte à merveille. « J’ai bon appétit, je fais tous les jours 3 à 4 kilomètres de marche et je vais à la piscine une fois par semaine » s’exclame celui qui ne se plaint jamais et semble avoir retrouvé une nouvelle jeunesse. « J’ai établi une sorte de cohabitation avec les cellules baladeuses » confie celui qui n’aime pas le terme « métastases ». « Je connais la réalité mais je préfère me distancier de la maladie en ne l’appelant pas par son vrai nom ».

Même si Corrado devra encore subir des contrôles plus ou moins réguliers, il s’est véritablement battu contre la maladie grâce au soutien de sa famille et de son équipe médicale. A voir son enthousiasme et son énergie, nul doute qu’il a encore de très longues années de bonheur devant lui.

Cet article est réalisé avec l’aimable soutien d’Astellas Pharma AG, Richtiring 28, 8304 Wallisellen, Switzerland

Ne ratez pas l’interview de Dre. Amram :

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Comprendre le zona

Le zona, également appelé herpès zoster, est une infection virale causée par la réactivation du virus varicelle-zona. Ce dernier peut rester en sommeil dans les tissus nerveux et réapparaître des années plus tard sous la forme d’un zona.

Loading

Lire la suite »

Fascination pour la vie des milliardaires : plongée dans la psyché humaine

À une époque où la vie des milliardaires est fréquemment mise en avant dans les médias, elle devient souvent le sujet d’articles de magazines, de séries télévisées et de messages en vogue sur les réseaux sociaux. S’il est évident que la société éprouve une profonde fascination pour ces personnes, la question fondamentale qui se pose est la suivante : pourquoi leur vie nous intrigue-t-elle à ce point ?

Loading

Lire la suite »

Aider les patients porteurs de maladies rares en Valais et au-delà

Fondée à Sion en 2017, MaRaVal est une association à but non lucratif dédiée aux personnes atteintes de maladie rare et à leur famille. Elle propose des prestations dont l’efficacité a été démontrée, comme le soutien aux patients, la défense de leurs intérêts, la coordination des interventions et des formations dans divers domaines affectant la vie de ces personnes et de leurs proches. Entretien réalisé avec Christine de Kalbermatten, directrice et fondatrice de MaRaVal – maladies rares Valais.

Loading

Lire la suite »

Sauté de légumes de printemps

Cette recette est une véritable ode aux légumes frais du printemps. Elle présente un mélange coloré d’asperges, de pois mange-tout, de carottes et de poivrons, sautés dans une sauce légère et savoureuse à base de sauce soja, de gingembre, d’ail et d’un soupçon de miel pour la douceur. Garni de graines de sésame et d’herbes fraîches, ce plat est à la fois nutritif et visuellement attrayant, parfait pour les personnes gourmandes et soucieuses de leur santé.

Loading

Lire la suite »

Salade de quinoa et betteraves grillées

Une salade copieuse et rafraîchissante qui combine la douceur des betteraves rôties avec la saveur de noix du quinoa. Cette salade est mélangée avec de la roquette, des concombres en dés et de la feta émiettée, puis assaisonnée d’une vinaigrette citronnée. Garnie de noix grillées pour le croquant, c’est un repas équilibré et satisfaisant, idéal pour les premiers jours du printemps.

Loading

Lire la suite »