Stop au tabou des douleurs sexuelles !

Le combat d’Hélène contre la polyarthrite rhumatoïde
Récupéré sur : giphy.com

Un rapport sexuel n’est pas toujours une partie de plaisir. Pour de nombreuses personnes, la douleur ressentie est un sujet rarement abordé ouvertement, alors qu’il s’agit d’un problème important. Il est essentiel de reconnaître que toute souffrance pendant l’activité sexuelle n’est pas une norme qu’il faut accepter ou ignorer : il s’agit d’un signal clair du corps qui indique que quelque chose ne fonctionne pas comme il le devrait. Consulter un spécialiste est non seulement conseillé mais aussi nécessaire. Dans le but de démystifier cette problématique et d’apporter des éclaircissements, nous nous sommes entretenus avec un médecin spécialisé pour mieux comprendre les causes, les symptômes et les traitements possibles. Entretien réalisé auprès du Dr. Lakshmi Waber, Psychiatre et psychothérapeute au Centre de Psychothérapie Varembé à Genève. 

Par Adeline Beijns

Quelles sont les causes les plus courantes de douleurs lors des rapports sexuels ?

Les causes peuvent varier en fonction du sexe et de l’état de santé de la personne. Chez les femmes, les causes peuvent notamment être une endométriose, une infection, un fibrome ou encore de la sécheresse vaginale, qui peut être liée à des changements hormonaux ou à une lubrification insuffisante. Le vaginisme, une condition dans laquelle les muscles vaginaux se contractent involontairement, peut également causer des douleurs pendant les rapports sexuels. Un examen anatomique permet de déceler d’éventuels problèmes structurels, tandis qu’un examen des muqueuses et du périnée peut révéler des inflammations ou des infections contribuant à l’inconfort.

Chez les hommes, l’une des causes courantes de rapports sexuels douloureux est la prostatite chronique, qui est une inflammation de la prostate, ou encore la maladie de Lapeyronie qui se caractérise par l’apparition d’une déviation de la verge. Un urologue procède généralement à un examen approfondi afin d’exclure ou de diagnostiquer une potentielle affection. Chez les hommes comme chez les femmes, les problèmes musculosquelettiques, tels que les dysfonctionnements du plancher pelvien, peuvent provoquer des douleurs pendant les rapports sexuels. C’est pourquoi un examen musculosquelettique est important.

Récupéré sur : giphy.com

Les causes neurologiques, bien que moins fréquentes, peuvent également contribuer à la douleur pendant les rapports sexuels. Il peut s’agir de lésions nerveuses ou de névralgies dans la région pelvienne. La détermination de la cause exacte de la douleur pendant les rapports sexuels implique généralement une approche multidisciplinaire, nécessitant souvent la collaboration de médecins généralistes, de gynécologues, d’urologues et parfois d’orthopédiste, physiothérapeutes, neurologues. L’approche est à la fois holistique et individualisée, prenant en compte tous les facteurs physiologiques et parfois psychologiques possibles.

Justement, comment différencier une douleur physique d’une douleur psychologique ?

Nous n’allons pas forcément les différencier d’emblée mais nous allons procéder par exclusion. Après avoir examiné les causes physiques possibles, nous allons discuter avec le patient pour déterminer si une certaine anxiété, des problèmes de couple ou sociaux pourrait conduire à des douleurs, dans une approches biopsychosociale.

Quels sont les facteurs qui peuvent augmenter le risque de ressentir des douleurs ?

Ils sont plusieurs. Le stress et l’anxiété peuvent provoquer des contractions musculaires qui peuvent être douloureuses. De plus, les infections, certaines chirurgies (de l’appareil génital ou des nerfs périphériques), la ménopause, l’accouchement, des traumatismes passés, et des facteurs liés au couple peuvent tous augmenter le risque.

Comment la ménopause peut-elle influencer la douleur ressentie ?

La ménopause entraîne une diminution des niveaux d’hormones, ce qui peut causer une sécheresse vaginale et une atrophie de la muqueuse, rendant les rapports sexuels potentiellement douloureux.

Comment abordez-vous le diagnostic des douleurs lors des rapports sexuels ?

Il faut un examen médical complet, un historique médical détaillé, et parfois des tests spécifiques pour pouvoir poser un diagnostic précis. Ensuite, en fonction du problème identifié, les différents spécialistes peuvent travailler ensemble.

Récupéré sur : giphy.com

Quelles solutions ou traitements recommandez-vous généralement pour atténuer ces douleurs ?

Tout dépend de la cause. De manière générale, on essaye d’abord de favoriser les traitements, dont le premier est les pratiques sexuelles qui ne génèrent pas de souffrance et procurent du plaisir. Il s’agit donc d’une prise en charge qui est à la fois médicale et sexothérapeutique.

Comment les partenaires peuvent-ils soutenir une personne souffrante ?

La communication ouverte, la patience, l’écoute et la recherche de solutions ensemble sont essentielles. Mais les premières choses à faire bien sûr sont de mettre en parenthèse les activités douloureuses et d’aller consulter un spécialiste. En attendant qu’un traitement soit proposé, le couple est encouragé à trouver autre chose qui le nourrisse érotiquement et lui procure du plaisir.

Existe-t-il des mythes ou des idées fausses courantes sur les douleurs que vous aimeriez clarifier ?

Oui, l’un des mythes est que la douleur est « normale » ou qu’elle est « dans la tête ». Les douleurs sexuelles sont réelles et doivent être prises au sérieux.

Récupéré sur : giphy.com

Comment la santé mentale et le stress peuvent-ils être une source de douleur ?

Le stress et les problèmes de santé mentale peuvent augmenter la tension musculaire, affecter la lubrification et influencer la perception de la douleur. L’interaction entre la douleur psychique et physique est très importante car les deux s’auto-entretiennent.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui hésitent à consulter un professionnel ?

Il est important de ne pas souffrir en silence. Lorsqu’on est dans un cycle douloureux, il y a peu de chances que cela s’améliore spontanément. Consulter un professionnel peut aider à identifier et traiter la cause de la douleur.

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Pleins feux sur l’ergothérapie pédiatrique

L’ergothérapie pédiatrique est un pilier essentiel dans le développement des enfants ayant besoin d’un accompagnement spécialisé dans les activités de la vie quotidienne. Cette approche thérapeutique met en lumière l’importance de soutenir l’autonomie et l’intégration sociale dès le plus jeune âge.

Loading

Lire la suite »

L’union fait la force

Nicole Gusset joue un rôle crucial dans l’accompagnement des personnes atteintes de SMA (amyotrophie spinale) en Suisse et, depuis peu, à l’échelle européenne, grâce à une approche basée sur l’information et la confiance.

Loading

Lire la suite »

Diabète : l’odyssée SUGARBIKE

Fanny Zihlmann, une artiste et aventurière atteinte de diabète de type 1, nous emmène dans son projet ambitieux : SUGARBIKE. Cette initiative personnelle vise à démontrer que le diabète ne constitue pas une barrière à l’aventure et à l’exploration de soi. À travers un périple à vélo, Fanny aspire à repousser ses limites physiques et mentales, tout en sensibilisant sur le diabète.

Loading

Lire la suite »

La myopie : Comprendre, vivre et traiter

Dans un monde de plus en plus dominé par les écrans et un mode de vie sédentaire, la myopie est devenue une préoccupation de santé publique majeure. Aujourd’hui, des millions de personnes à travers le globe sont affectées par cette condition, avec des prévisions indiquant que près de la moitié de la population mondiale pourrait être myope d’ici 2050.

Loading

Lire la suite »