Stop aux maladies chroniques grâce à l’éducation thérapeutique

Processus d’accompagnement par le corps médical, l’éducation thérapeutique est essentielle pour améliorer le bien-être et le vécu quotidien des personnes souffrant de maladies chroniques. Entretien réalisé auprès de la Docteure Anbreen Slama-Chaudhry, Médecine interne générale FMH et Spécialiste de la gestion des maladies chroniques et de l’éducation thérapeutique au Centre Médical & Thérapeutique La Lignière. 

Par Adeline Beijns

En tant que médecin généraliste, vous rencontrez de nombreux patients ayant toutes sortes de maladies chroniques. Comment faites-vous pour vous assurer du bon suivi de leur traitement ?

Une maladie chronique étant une pathologie au long cours, l’importance du suivi et de la disponibilité du personnel soignant en fonction des besoins du patient sont essentiels. La prise du traitement de manière régulière est un des thèmes parmi d’autres dont l’exploration se fait de manière ouverte en posant par exemple la question « comment le traitement est-il toléré ? ».

Cela permet d’aborder les effets secondaires, les effets bénéfiques, et le fait que parfois le traitement est omis en raison de la peur des effets secondaires ou bien simplement par oubli. La perche tendue permet d’explorer s’il y a une raison plus profonde à la non-régularité de la prise du traitement et d’aborder ce qui serait faisable pour que le traitement soit pris. Cette approche repose sur les principes de base de l’éducation thérapeutique du patient (ETP ci-après). Cette dernière n’est possible que si la conversation entre le soignant et le patient a lieu dans un cadre empathique, respectueux de son rythme et de ses croyances et centré sur les besoins du patient davantage que ceux du soignant.

Qu’entendez-vous par «éducation thérapeutique du patient» ?

L’éducation thérapeutique du patient c’est l’accompagnement que le soignant (médecin, infirmier/ère ou autres) propose à son patient pour que celui-ci améliore son bien-être et sa vie quotidienne. L’objectif est d’aider le patient à identifier les éléments de sa santé qui posent problème et d’explorer avec lui, les différentes manières de les résoudre. Ce chemin d’exploration avec le patient permettant au soignant qu’au patient de mieux de comprendre l’enjeu du souci rencontré.

Cela permet aussi de révéler des besoins spécifiques, ce qui va aider à clarifier la réponse à apporter pour aider à résoudre le problème. L’exploration peut mettre en évidence que le patient a besoin d’améliorer ses compétences d’auto soin ou qu’il a davantage besoin d’approfondir ses compétences psychosociales pour faire face à une situation difficile. Parfois il s’agit de mieux comprendre la maladie et ses répercussions dans la « vraie vie ».

J’établis une « shopping list » avec le patient (…) une liste exhaustive des tracas de santé

Docteure Anbreen Slama-Chaudhry

Par exemple, un patient sachant parfaitement manier son lecteur de glycémie mais ne trouvant pas le courage de le faire sur son lieu de travail avant le repas de midi nécessitera une approche éducative différente de celle de la mesure de sa tension artérielle à domicile. Une fois le besoin éducatif identifié avec le patient, l’objectif thérapeutique peut être discuté, négocié, et avalisé de part et d’autre (soignant et patient). Une fois l’objectif thérapeutique établi, la manière d’atteindre cet objectif peut être discutée : c’est le processus de création d’un projet thérapeutique dans un certain temps et avec certains moyens.

Le développement du projet thérapeutique peut faire l’objet d’une autre consultation, que le patient va préparer au préalable. Le soignant devra faire en sorte de suivre le processus tout en étant garant de son avancée et d’évaluer efficacement le projet en adaptant parfois les méthodes. L’accompagnement en ETP fait appel à de nombreuses techniques : d’entretien motivationnel, de négociation et de gestion de projets pour adultes.

Comment parvenez-vous à implémenter ces principes ? Concrètement, avec un patient hypertendu ou diabétique, comment vous y prenez-vous ?

En tant que médecin généraliste, je me base sur la raison qui amène le patient à venir me voir tout en l’encourageant à mentionner tout ce qui le gêne. J’établis ainsi avec lui une « shopping list », c’est-à-dire une liste exhaustive de ses tracas de santé, des plus petites gênes aux problèmes les plus importants. Ensuite, vient une phase de hiérarchisation des problèmes et le choix des priorités.

Le patient au centre de la discussion, avec à ses côtés un soignant expert qui saura l’accompagner

Docteure Anbreen Slama-Chaudhry

Ce n’est qu’à ce moment que j’apporte mon point de vue en proposant la, ou les priorités. Suite à une négociation des trois principaux éléments, je lui pose la question « comment puis-je vous aider ? », ce qui me permet d’explorer ce qui a déjà été mis en œuvre pour soulager le problème, et de ne pas apporter mes solutions toutes faites. La dernière phase est celle de la construction du projet thérapeutique c’est-à-dire trouver une solution réalisable ensemble qui convient au patient. Nous nous revoyons ensuite pour évaluer l’implémentation : saluer les succès, apprendre des erreurs et adapter le tir.

À quel type de patients, cette éducation thérapeutique s’adresse-t-elle particulièrement ?

Lorsqu’un patient souffre d’une affection aiguë telle qu’une infection des voies respiratoires en hiver, son besoin immédiat est d’être soulagé de ses symptômes. Le soignant peut ainsi proposer des solutions telles que la prise de médicaments, une modification de l’hygiène de vie durant quelques jours ainsi qu’un arrêt de travail.

Par contre, lorsqu’un patient vit avec une maladie chronique telle que le diabète, l’hypertension, des migraines ou des lombalgies, l’approche problème-solution est utile pour les moments aigus de décompensation mais ne convient pas à la prise en charge et au vécu quotidien. La chronicité implique de nouvelles dimensions dont il faut tenir compte : la persistance des symptômes dans le temps, la lassitude et les complications éventuelles.

Quelle que soit la complexité de la maladie chronique, elle nécessite une prise en charge particulière pour satisfaire tant le patient que le soignant. L’éducation thérapeutique propose une manière d’aborder cette complexité en fragmentant le processus de prise en charge en éléments/ étapes bien définis, mettant le patient au centre de la discussion, avec à ses côtés un soignant expert qui saura l’accompagner. 

Plus d’informations :

Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas …

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Pleins feux sur l’ergothérapie pédiatrique

L’ergothérapie pédiatrique est un pilier essentiel dans le développement des enfants ayant besoin d’un accompagnement spécialisé dans les activités de la vie quotidienne. Cette approche thérapeutique met en lumière l’importance de soutenir l’autonomie et l’intégration sociale dès le plus jeune âge.

Loading

Lire la suite »

L’union fait la force

Nicole Gusset joue un rôle crucial dans l’accompagnement des personnes atteintes de SMA (amyotrophie spinale) en Suisse et, depuis peu, à l’échelle européenne, grâce à une approche basée sur l’information et la confiance.

Loading

Lire la suite »

Diabète : l’odyssée SUGARBIKE

Fanny Zihlmann, une artiste et aventurière atteinte de diabète de type 1, nous emmène dans son projet ambitieux : SUGARBIKE. Cette initiative personnelle vise à démontrer que le diabète ne constitue pas une barrière à l’aventure et à l’exploration de soi. À travers un périple à vélo, Fanny aspire à repousser ses limites physiques et mentales, tout en sensibilisant sur le diabète.

Loading

Lire la suite »

La myopie : Comprendre, vivre et traiter

Dans un monde de plus en plus dominé par les écrans et un mode de vie sédentaire, la myopie est devenue une préoccupation de santé publique majeure. Aujourd’hui, des millions de personnes à travers le globe sont affectées par cette condition, avec des prévisions indiquant que près de la moitié de la population mondiale pourrait être myope d’ici 2050.

Loading

Lire la suite »