Le glycomètre pour mieux gérer son diabète

Jamais elle n’aurait pensé pouvoir un jour connaitre son taux de glucose sanguin avec précision si facilement. Elle, c’est Claudia, âgée de 68 ans et atteinte du diabète de type 2 depuis 18 ans. Depuis qu’elle utilise un glycomètre, elle gère beaucoup mieux mais surtout beaucoup plus sereinement sa maladie.

Par Adeline Beijns

Une pathologie difficile à vivre

Une chose est certaine : il y a quelques années, lorsque l’on ne pouvait connaître avec précision son taux de glucose, on ne peut pas dire qu’on gérait son diabète. « On essayait tant bien que mal de gérer les hypo- et les hyperglycémies. Parfois, cela se passait mal : je suis tombée deux fois dans le coma en raison d’une lourde hypoglycémie que je n’ai pas vue venir » confie Claudia, retraitée qui vit avec le diabète de type 2 depuis qu’elle a 50 ans. À l’époque, en raison d’un divorce particulièrement éprouvant, Claudia prend énormément de poids, se laisse un peu aller et développe un diabète de type 2 aussi appelé non insulino-dépendant ou diabète tardif. D’abord géré par des comprimés antidiabétiques, Claudia doit malheureusement passer, après quelques années, à des injections d’insuline car le traitement médicamenteux ne permet pas d’atteindre un bon équilibre glycémique.


Cette maladie aux multiples facettes affecte la vie des patients de multiples façons et nécessite que les doses d’insuline soient ajustées en fonction du taux de glucose. « Il y a un problème quand je ne connais pas ce taux car la dose d’insuline injectée peut être totalement inappropriée et me causer une hypo- ou une hyperglycémie » confie la jeune retraitée. « Et le taux de glucose peut varier en fonction de très nombreux facteurs comme les glucides pris lors des différents repas, l’activité physique ainsi que le stress et les autres émotions fortes de la journée » explique cette dame au sourire communicatif.

En dehors des prises de sang, c’est grâce à des tigettes que Claudia détermine alors son taux de glucose sanguin. « Mais ce n’est vraiment pas pratique car ces tigettes doivent être trempées dans notre urine. Et le résultat n’est pas facile à lire je trouve car les nuances de couleurs, en fonction de l’éclairage, ne sont pas toujours aisées à déterminer. Le résultat est donc très approximatif et pas pratique du tout » explique-t-elle. En effet, imaginez un instant que vous vous sentiez mal : hypotension, refroidissement ou hypoglycémie ? Vous n’en avez pas la moindre idée. Les conséquences de cette ignorance peuvent être lourdes car un diabète mal géré entraîne inévitablement un taux de glucose sanguin anormal qui s’en prend alors aux yeux, aux reins et autres organes.

Une innovation tant attendue

C’est ainsi que progressivement, au fil des ans, Claudia développe non seulement une rétinopathie diabétique mais aussi des neuropathies aux jambes. « Mais aussi des problèmes cardiovasculaires dont notamment de l’hypertension ». Il y a quelques années, son endocrinologue lui recommande d’utiliser un glycomètre. « Ca a été une révolution pour moi. Au début, comme personne n’aime le changement, j’étais assez réticente car je devais changer mes habitudes. Mais je me suis lancée et j’ai commencé à utiliser ce petit appareil » se souvient-elle.

Très discret, plus petit qu’un smartphone, un glycomètre est un dispositif d’autosurveillance des taux de glycémie permettant d’effectuer des tests aussi réguliers que vous le souhaitez pour vous rassurer et mieux contrôler le diabète. Son principe de fonctionnement est simple : du sang pris au bout des doigts est apposé sur une bandelette de test que l’on insère dans le glycomètre. Très rapidement, le taux de glucose apparaît sur l’écran. Vous êtes alors en mesure d’agir : si votre taux est trop bas, vous êtes en hypoglycémie et vous devriez manger ou boire quelque chose de sucré. S’il est trop haut, une injection appropriée d’insuline peut vous ramener dans les valeurs normales.

« Je l’ai toujours sur moi, où que j’aille. Avant de manger ou lorsque je ne me sens pas bien, je mesure mon taux de glucose et je sais immédiatement où j’en suis et ce que je dois faire. C’est la même chose quand je veux partir en balade : cela me permet de savoir si je dois d’abord manger une collation ou non » sourit notre bonne amie.

Une amélioration objective

« Pouvoir mieux contrôler ma maladie a eu une conséquence positive sur ma santé. Mon taux d’hémoglobine glyquée (ou HbA1c) a baissé depuis que j’utilise le glycomètre. Et comme je suis maintenant en mesure de distinguer une hypoglycémie d’une hypotension, je ne mange plus nécessairement en cas de malaise et ma balance me dit merci » sourit Claudia. Et nous aussi.

Pensez à mesurer votre taux de glycémie !

Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas …

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

On passe aux choses sérieuses !

Quand se préparer le matin devient une vraie galère … Qui n’a jamais vu son collègue de travail, sur son 31, avec des tonnes de pellicules sur les épaules ? Qui n’a jamais porté de chapeaux, non pas pour le style, mais pour limiter les dégâts !

Lire la suite »

Pour une désinfection au poil

Schumacher GmbH et WEITA AG – Dr. Schumacher en tant que fabricant innovant dans le domaine de la désinfection et de l’hygiène et WEITA en tant que partenaire commercial en Suisse. Entre 2003 et 2020, les produits de Dr. Schumacher ont été commercialises en Suisse sous la marque « Desomed » – suite à la reprise de l’ancienne société de fabrication, tous les produits sont proposés depuis 2020 sous la marque de « Dr. Schumacher ».

Lire la suite »