Pour des jambes en pleine forme !

Souvent douloureuses, les varices sont bien plus qu’un simple problème esthétique. Si la génétique joue un rôle dans leur développement, les choix de mode de vie et les habitudes quotidiennes peuvent avoir un impact significatif sur l’évolution de la maladie. Entretien réalisé auprès de la Dre Pauline Fillet (à droite sur la photo), spécialiste FMH en chirurgie vasculaire , du Dr. Adrian Stefanescu (au milieu) et de la Dre Anne-Cécile Arnoult (à gauche), spécialistes FMH en Angiologie à la Clinique de Genolier. 

Adeline Beijns

Que pouvez-vous nous dire sur les varices ?

Les varices sont des veines apparentes et gonflées qui se développent généralement sur les jambes et les pieds. Elles sont souvent bleues ou violet foncé et peuvent sembler tordues ou bombées. Elles sont la conséquence d’une maladie que l’on nomme l’insuffisance veineuse. Il s’agit d’une pathologie extrêmement fréquente puisqu’elle touche environ un tiers de la population. On ne peut pas dire qu’il y ait un profil type puisque les varices peuvent toucher tant les femmes que les hommes et cela, à tout âge de la vie. Les patients qui viennent nous consulter sont parfois très jeunes.

A quoi sont-elles dues ?

Dans les veines des jambes, il existe des petites valvules qui font office de soupapes, et qui empêchent le sang de retomber dans le pied. L’insuffisance veineuse provient du fait que ces valvules ne sont plus fonctionnelles. Malheureusement, une fois que ces valvules sont endommagées, il n’est plus possible de les reconstruire. Parmi les causes les plus fréquentes de cette maladie, il y a tout d’abord l’hérédité mais pas seulement. Certains facteurs peuvent accélérer son évolution : les grossesses, une prise de poids soudaine, une obésité chronique, la sédentarité…

Récupéré sur : giphy.com

Dans quelle mesure le patient en souffre-t-il au quotidien ?

Les symptômes peuvent être très variables d’une personne à l’autre. Ainsi, certaines peuvent ressentir des jambes lourdes en fin de journée voire développer un œdème de la cheville. D’autres patients n’éprouvent pas la moindre douleur mais sont en revanche gênés par l’aspect « esthétique » que cause la présence de volumineuses varices. Dans certains cas, les varices peuvent même se thromboser, ce qui expose à des risques graves en cas d’extension de la thrombose. Il est donc très important, dans ce cas-là, de consulter un médecin qui prescrira un traitement anticoagulant avant d’envisager, par la suite, une intervention chirurgicale.

Il est important de préciser que le traitement des varices n’est pas uniquement esthétique et c’est d’ailleurs bien pour cela que leur traitement est remboursé par l’assurance de base en fonction du stade de la maladie. Il existe, en effet, des risques cutanés sur le long terme qui ne sont pas sans conséquence sur la santé du patient. Une « simple » varice peut ainsi évoluer vers un eczéma variqueux (qui provoque des démangeaisons), une dermite ocre (coloration brune définitive de la peau) voire un ulcère veineux (une plaie qui ne cicatrise pas).

Lorsqu’un patient souffre de varices, vers quel expert doit- il se tourner ?

Il peut se tourner, dans un premier temps, vers son médecin de famille qui lui recommandera un angiologue. Ce dernier établit le diagnostic d’insuffisance veineuse en réalisant une échographie des veines des jambes. Lorsque c’est nécessaire, il met le patient en relation avec un chirurgien vasculaire qui propose une intervention chirurgicale en fonction de la consultation angiologique.

Quelles sont les méthodes chirurgicales les plus couramment utilisées ?

Plusieurs méthodes existent et la prise en charge a beaucoup évolué ces dernières années. Il est ainsi maintenant possible de réaliser des interventions courtes, en ambulatoire, et sous anesthésie locale ou générale en fonction de l’âge et des antécédents médicaux du patient. Parmi les techniques les plus utilisées, il y a le traitement endoveineux par laser ou radiofréquence sur les veines saphènes, qui permet d’éviter les grosses cicatrices que les anciennes techniques, telles que le stripping, causaient. Toutefois, de petites incisions sont souvent nécessaires afin de retirer les varices les plus volumineuses situées sous la peau.

Tout cela peut se faire en un seul temps même si, il se peut que deux interventions soient nécessaires lorsque les deux jambes sont sévèrement atteintes. Plusieurs semaines après l’intervention, lorsque c’est nécessaire, une sclérothérapie peut être faite sur les petites varices résiduelles. Il s’agit d’un produit que l’on injecte avec une microaiguille et qui fait disparaitre ces petites varices. Cette technique est réalisée par le médecin angiologue dans son cabinet, rarement, au bloc opératoire selon l’étendue du Hommes et femmes touchés traitement. Malheureusement, cette technique n’est pas toujours prise en charge par les assurances car elle est considérée comme une finition esthétique. Elle peut parfois être utilisée en première intention si les veines plus profondes ne sont pas atteintes.

Pourquoi est-il important de consulter son médecin et de bien l’informer des symptômes existants ?

Si vous avez des varices ou des symptômes d’insuffisance veineuse, il est important de ne pas méconnaitre le problème. Bien que l’évolution soit lente, elle s’aggrave inexorablement si on ne fait rien. Consulter un angiologue permet de mettre en place des mesures de prévention pour stabiliser l’insuffisance veineuse et peut-être éviter une intervention chirurgicale. Les médecins sont là pour vous conseiller au mieux en fonction du stade de la maladie.

Quelles sont les clés d’une bonne prise en charge du patient ?

Il est important de savoir que l’insuffisance veineuse persiste tout au long de la vie même si vous avez bénéficié d’une intervention. Il sera donc toujours utile de continuer à porter une compression veineuse, de façon à limiter au maximum le risque de survenue d’une récidive.

Quelles recommandations donneriez-vous pour la prévention des varices et l’amélioration de la santé vasculaire au quotidien ?

Porter des bas ou des chaussettes de contention, au moins pendant les longs voyages en avion ou en voiture et lors de longues journées au travail en position assise ou debout. Par ailleurs, pratiquer une activité physique et éviter la surcharge pondérale contribuent aussi à la santé veineuse. Enfin, les bains chauds et le soleil sont à éviter.

Le mot de la fin ?

Il ne faut surtout pas hésiter à consulter un médecin pour établir un bilan angiologique. Il s’agit d’un examen parfaitement indolore, qui consiste en une échographie au niveau des jambes. En cas de besoin, l’angiologue pourra mettre en place une stratégie de prévention pour éviter l’aggravation de la maladie et retarder une intervention chirurgicale.

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00
Ou abonnez-vous directement pour 8 éditions !
CHF78.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Pleins feux sur l’ergothérapie pédiatrique

L’ergothérapie pédiatrique est un pilier essentiel dans le développement des enfants ayant besoin d’un accompagnement spécialisé dans les activités de la vie quotidienne. Cette approche thérapeutique met en lumière l’importance de soutenir l’autonomie et l’intégration sociale dès le plus jeune âge.

Loading

Lire la suite »

L’union fait la force

Nicole Gusset joue un rôle crucial dans l’accompagnement des personnes atteintes de SMA (amyotrophie spinale) en Suisse et, depuis peu, à l’échelle européenne, grâce à une approche basée sur l’information et la confiance.

Loading

Lire la suite »

Diabète : l’odyssée SUGARBIKE

Fanny Zihlmann, une artiste et aventurière atteinte de diabète de type 1, nous emmène dans son projet ambitieux : SUGARBIKE. Cette initiative personnelle vise à démontrer que le diabète ne constitue pas une barrière à l’aventure et à l’exploration de soi. À travers un périple à vélo, Fanny aspire à repousser ses limites physiques et mentales, tout en sensibilisant sur le diabète.

Loading

Lire la suite »

La myopie : Comprendre, vivre et traiter

Dans un monde de plus en plus dominé par les écrans et un mode de vie sédentaire, la myopie est devenue une préoccupation de santé publique majeure. Aujourd’hui, des millions de personnes à travers le globe sont affectées par cette condition, avec des prévisions indiquant que près de la moitié de la population mondiale pourrait être myope d’ici 2050.

Loading

Lire la suite »