Lumière sur : l’épidémie d’obésité moderne

Lumière sur : l'épidémie d'obésité moderne

L’obésité est une maladie dont les causes sont multifactorielles et dont les conséquences sur la santé peuvent être considérables. Cet article met en lumière l’interaction entre l’influence de la santé mentale, les choix de mode de vie et les facteurs environnementaux dans le développement de cette affection. En Suisse, on estime qu’entre 8% à 11% de la population est concernée. Nous abordons également les moyens de prévention et de gestion de la maladie dans le but d’aider les patients dans leur cheminement vers une meilleure santé. Entretien réalisé auprès du Dr. Vittorio Giusti, Médecin spécialiste en Endocrinologie et diabétologie, Centre médico-chirurgical de l’obésité La Source.  

Par Adeline Beijns

Comment définit-on l’obésité aujourd’hui ?

L’obésité est de plus en plus appréhendée comme une maladie chronique, psychosomatique, complexe et multifactorielle. Les définitions modernes de l’obésité prennent également en compte l’importance de la fragilité psychologique dont souffrent les patients mais aussi les facteurs environnementaux et comportementaux qui favorisent une prise alimentaire excessive et riche en sucres et en graisses. Lorsqu’on s’attarde au poids du patient, l’obésité peut se définir par l’indice de masse corporelle (IMC), un simple calcul basé sur la taille et le poids. Un IMC de 30 ou plus indique une obésité.

Quels en sont les facteurs de risque ?

L’obésité est influencée par une combinaison de facteurs de risque qui agissent de manière complexe. Tout d’abord, la fragilité psychologique joue un rôle crucial : pour les personnes obèses, la nourriture est souvent un refuge pour régler des problèmes d’anxiété, de dépression, d’estime de soi ou de stress. Cette prédisposition psychologique interagit ensuite avec des facteurs liés à l’environnement et au mode de vie. Les habitudes alimentaires sont déterminantes, avec une forte consommation de calories, en particulier d’aliments transformés et riches en graisses, qui joue un rôle majeur.

L’inactivité physique, souvent exacerbée par les modes de vie sédentaires modernes et l’augmentation du temps passé devant un écran, est un autre facteur important. Nous tenons également compte de l’impact du statut socio-économique. Les personnes ayant un accès limité à une alimentation saine sont plus exposées. Toutefois, il est important de noter que ces facteurs de risque peuvent varier considérablement d’une personne à l’autre et que le développement de l’obésité est souvent le résultat d’une combinaison unique d’influences.

Récupéré sur : giphy.com

Quels sont les traitements envisageables ?

Puisque l’obésité est une maladie complexe, elle nécessite souvent une combinaison d’approches thérapeutiques. Celles-ci comprennent des plans nutritionnels adaptés qui sont essentiels à la perte de poids et à l’amélioration de la santé. Une activité physique régulière et des changements de comportement sont également essentiels pour maintenir la perte de poids et améliorer la santé en général. Pour les personnes souffrant d’obésité sévère, un traitement médicamenteux et/ou chirurgical peut être nécessaire car il permet non seulement d’obtenir une perte de poids importante, mais aussi de gérer les comorbidités associées à l’obésité.

Au sein d’une équipe pluridisciplinaire, les médecins jouent un rôle crucial dans le choix du traitement à proposer. Les médicaments associés à une prise en charge multidisciplinaire sont en mesure de favoriser la perte pondérale jusqu’à atteindre un objectif entre 10 et 20% du poids initial. La perte pondérale avec les interventions comme le bypass gastrique et la sleeve gastrectomie peut atteindre 30 à 35%. L’évaluation préopératoire et les soins postopératoires, y compris le soutien diététique, nutritionnel et psychologique et la surveillance des complications éventuelles sont essentiels pour la bonne réussite de la chirurgie.

Chaque patient est unique. Comment bien s’adapter à son profil et à ses besoins ?

Absolument, chaque patient est unique et la reconnaissance de cette individualité est cruciale pour une gestion efficace de l’obésité. De plus, même si le traitement idéal n’existe pas, un traitement adapté au patient existe malgré tout. Une approche multidisciplinaire et individualisée est la clé d’une bonne prise en charge des patients souffrant de cette maladie chronique. Il faudrait traiter chaque patient de manière holistique, en tenant compte non seulement de ses symptômes physiques, mais aussi de son contexte psychologique, social et environnemental.

Il est donc essentiel de procéder à une évaluation médicale approfondie. Elle porte non seulement sur les aspects physiques tels que le poids, l’IMC et les antécédents médicaux, mais aussi sur le mode de vie, les habitudes alimentaires, l’état psychologique et l’environnement social du patient. Comprendre la routine quotidienne du patient, son contexte socio-économique et ses problèmes personnels permet de créer un plan de traitement plus efficace et réalisable. Il est également important d’apporter un soutien au-delà de l’intervention médicale. Il peut s’agir d’orienter le patient vers un diététicien ou un psychologue, en fonction de ses besoins.

Il est tout aussi essentiel de traiter les aspects psychologiques et émotionnels de l’obésité que les aspects physiques. Ensuite, il faudrait proposer des objectifs et des plans de traitement personnalisés. L’obésité ayant des causes multifactorielles, les interventions doivent être adaptées à la situation unique de chaque patient, y compris les changements alimentaires, les recommandations en matière d’activité physique et les thérapies comportementales. Les objectifs fixés ensemble avec le patient doivent être simples, réalistes et mesurables. Pour certains, il s’agira de perdre progressivement du poids, tandis que pour d’autres, il s’agira d’améliorer la condition physique.

Dans les cas d’obésité sévère, il faudra évaluer la possibilité d’associer à la prise en charge un traitement médicamenteux ou éventuellement une chirurgie. La surveillance et le suivi sont également essentiels pour évaluer les progrès et ajuster les traitements si nécessaire. Cette approche permet d’évaluer les progrès du patient et les obstacles auxquels il peut être confronté. L’éducation thérapeutique joue également un rôle important. Les patients doivent être informés de la nature de l’obésité, de ses risques et des avantages des différentes options thérapeutiques. En leur donnant les moyens d’agir, on les aide à prendre des décisions éclairées en ce qui concerne leur santé.

Enfin, il est important de prendre en compte la gestion à long terme de l’obésité. L’adaptation des soins pour se concentrer non seulement sur la perte de poids immédiate, mais aussi sur des changements de mode de vie durables et sur l’amélioration de la santé à long terme est la clé du succès.

Chaque patient est unique. Comment bien s’adapter à son profil et à ses besoins ?

La sensibilisation et l’éducation sont les clés de la prévention. Les gens devraient être informés dès leur plus jeune âge des risques de l’obésité et des avantages d’un mode de vie sain. Les écoles et les communautés peuvent jouer un rôle important en intégrant l’éducation à la santé et l’activité physique dans leurs programmes. Il est essentiel de promouvoir une alimentation équilibrée, riche en fruits, légumes, céréales complètes et protéines maigres tout comme il est essentiel de réduire la consommation d’aliments transformés et de boissons sucrées.

Cela passe notamment par le contrôle des portions et la compréhension des étiquettes nutritionnelles. Une activité physique régulière est un autre pilier de la prévention. Il ne s’agit pas nécessairement d’exercices rigoureux, l’objectif étant d’intégrer l’activité physique dans la vie quotidienne. 

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Le virus HPV : comprendre et agir

Le virus du papillome humain (HPV) représente l’une des infections sexuellement transmissibles les plus courantes au monde. Il touche tant les hommes que les femmes et peut avoir des conséquences sérieuses sur la santé. Cet article vise à démystifier le HPV, en expliquant ce que c’est, comment il se transmet, ses symptômes, ses risques, et plus encore.

Loading

Lire la suite »

Comprendre l’aménorrhée

L’aménorrhée primaire se réfère à l’absence de règles chez une jeune fille de plus de 16 ans sans qu’elle n’en ait jamais eu auparavant, tandis que l’aménorrhée secondaire concerne les femmes qui connaissent une interruption de leurs cycles menstruels pour une durée de trois mois ou plus.

Loading

Lire la suite »

L’endométriose : un mal invisible

Dans le dédale des maladies féminines, l’endométriose reste souvent méconnue malgré son impact profond sur la vie des femmes qui en souffrent. Affectant environ 10% des femmes en âge de procréer, cette condition révèle non seulement les limites de notre compréhension médicale mais aussi les défis quotidiens que doivent relever celles qui vivent avec.

Loading

Lire la suite »

Le sucre et les enfants : un doux danger

Avec les fêtes de Pâques passées, les foyers suisses, comme ailleurs, se retrouvent souvent envahis de chocolats et de confiseries. Si ces douceurs font briller les yeux des enfants, elles soulèvent également des inquiétudes chez les parents et les professionnels de la santé. Entre caries, hyperactivité et obésité infantile, le sucre est souvent pointé du doigt. Mais qu’en est-il vraiment ? Démêlons le vrai du faux entre plaisir et modération.

Loading

Lire la suite »

Faire face aux allergies : stratégies et espoirs

Les allergies affectent des millions de personnes dans le monde, et leur incidence semble augmenter en ce qui concerne les allergies respiratoires, en particulier chez les enfants. Ce phénomène préoccupant interroge sur les causes de cette hausse et sur les moyens de la combattre efficacement.

Loading

Lire la suite »