Glycémie ; ce que j’ai constaté me fit très peur…

Cancer

Afin d’établir une éventuelle corrélation entre sa consommation de sucre et la nature de ses rêves, un rêveur lucide s’est équipé, pendant deux mois, d’un capteur de glucose. A certains égards, le constat s’avère inquiétant.

Témoignage et rédaction par Emmanuel Viaccoz

Alimentation et rêves

Depuis plus de sept ans, je me réveille naturellement chaque nuit vers 3h30 et me recouche quarante-cinq minutes plus tard. Il s’agit d’une méthode qui permet d’incuber un rêve lucide ; soit une expérience onirique pendant laquelle on est conscient d’être en train de rêver. Pendant cette période de réveil nocturne, je lis et je prends une petite collation sucrée accompagnée d’un psychostimulant sous forme de chocolat noir à 85% de cacao, ou encore, une infusion de Menthe, de Ginko, de Rhodiola ou de Damiana.

Au fil du temps, j’ai en effet pu établir la possibilité d’un lien entre la nature de mes rêves et certains aliments consommés, notamment les glucides. Je décide alors de m’équiper d’un capteur de glucose électronique intradermique avant de partager, preuve à l’appui, cette trouvaille sur ma chaîne YouTube.

Yoyo glycémique

Une fois le capteur installé, je m’amuse à vérifier régulièrement les niveaux de glucose dans mon organisme. Cependant, l’amusement cède rapidement sa place à l’inquiétude. Je constate en effet que je suis quasiment au seuil d’un prédiabète, et ça n’est certainement pas mes petites collations nocturnes qui en sont la cause. De toute évidence, selon les tracés, cette problématique est due à mon alimentation diurne.

Récupéré sur : giphy.com

Après chaque repas, l’appareil m’indique en effet des pics de glycémie qui dépassent largement les normes, et aussi, quelques heures plus tard, des épisodes en deçà de la limite inférieure quand ça n’est pas des taux qui restent encore relativement élevés. J’établis immédiatement le lien avec mes coups de fatigue postprandiale, tout comme avec mes fringales intempestives qui me poussent à manger un donut ou une barre chocolatée deux heures après les repas.

Eurêka !

Pour ce qui est de mes rêves, une hausse de la glycémie vers 4h du matin en affecte bel et bien la nature, notamment si les aliments sucrés sont associés à un psychostimulant. Je constate que plus la courbe de glucose est élevée, plus je fais des cauchemars, des rêves vivides, des paralysies du sommeil, ou encore, des OBE (sensation de sortie de corps) ; le graal pour déclencher un rêve lucide. J’ai notifié vingt-deux événements de la sorte sur trente jours de tests. En ce qui me concerne, la méthode s’avère donc efficace, en complément d’autres techniques.

Faux-ami

Cependant, je ne dois pas oublier que le capteur de glucose a mis en évidence qu’en journée mon alimentation est bien trop riche en sucre… comme celle du commun des mortels. Je comprends alors pourquoi le monde est en proie à une épidémie de diabète sans précédent. Nous mangeons beaucoup trop de sucre, sans même nous en rendre compte ; il agit comme un tueur silencieux.

Récupéré sur : giphy.com

Passage en low carb

Fort de ce constat, je décide de passer à une alimentation pauvre en glucides, et à index glycémique bas. Cela signifie, entre autres, le bannissement des petits-déjeuners à base de céréales, de yaourts sucrés, de pain blanc, de confiture, de brioche, etc. Ils sont en effet à l’origine de perturbations glycémiques vertigineuses. Dans le même temps, je teste, avec satisfaction, le jeûne intermittent de type 8/16.

Bilan après un mois et demi

La transition en low carb aura finalement été plus facile que je ne l’aurais pensé. Par ailleurs, les bénéfices de cette alimentation pauvre en sucre compensent largement ce petit sacrifice.

J’ai l’impression d’avoir rajeuni de 10 ans, je n’ai plus de migraines, plus de coups de fatigue après les repas, je pratique du sport avec beaucoup plus d’énergie qu’auparavant, mes articulations fonctionnent à nouveau très bien, mes inflammations chroniques semblent s’être estompées, ma pression artérielle s’est normalisée et, cerise sur le gâteau, ma vue s’est améliorée.

Bref… un vrai miracle. Je ne peux que remercier ce petit capteur de glucose providentiel de m’avoir ouvert les yeux sur les dangers du sucre.

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Pleins feux sur l’ergothérapie pédiatrique

L’ergothérapie pédiatrique est un pilier essentiel dans le développement des enfants ayant besoin d’un accompagnement spécialisé dans les activités de la vie quotidienne. Cette approche thérapeutique met en lumière l’importance de soutenir l’autonomie et l’intégration sociale dès le plus jeune âge.

Loading

Lire la suite »

L’union fait la force

Nicole Gusset joue un rôle crucial dans l’accompagnement des personnes atteintes de SMA (amyotrophie spinale) en Suisse et, depuis peu, à l’échelle européenne, grâce à une approche basée sur l’information et la confiance.

Loading

Lire la suite »

Diabète : l’odyssée SUGARBIKE

Fanny Zihlmann, une artiste et aventurière atteinte de diabète de type 1, nous emmène dans son projet ambitieux : SUGARBIKE. Cette initiative personnelle vise à démontrer que le diabète ne constitue pas une barrière à l’aventure et à l’exploration de soi. À travers un périple à vélo, Fanny aspire à repousser ses limites physiques et mentales, tout en sensibilisant sur le diabète.

Loading

Lire la suite »

La myopie : Comprendre, vivre et traiter

Dans un monde de plus en plus dominé par les écrans et un mode de vie sédentaire, la myopie est devenue une préoccupation de santé publique majeure. Aujourd’hui, des millions de personnes à travers le globe sont affectées par cette condition, avec des prévisions indiquant que près de la moitié de la population mondiale pourrait être myope d’ici 2050.

Loading

Lire la suite »