Atrophie géographique : comprendre et vivre avec la perte de vision centrale

Atrophie géographique

L’atrophie géographique est l’une des principales causes de perte de vision chez les personnes âgées de plus de 65 ans, souvent associée aux stades avancés de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) sèche. La maladie détériore progressivement la macula, la partie de l’œil responsable de la netteté de la vision centrale. Elle est une cause importante de cécité due à une perte de vision irréversible. 

Par Adeline Beijns

En quelques chiffres

L’atrophie géographique (AG) touche environ cinq millions de personnes dans le monde et sa prévalence augmente de manière exponentielle avec l’âge. On estime qu’en Suisse, environ 42 000 patients sont actuellement atteints d’une AG.1

Identifier les symptômes

L’AG se caractérise par un début insidieux et une évolution progressive et il peut s’écouler des années avant que les personnes concernées ne remarquent le moindre changement. En effet, au début de la maladie, l’atrophie com- mence avec des lésions en périphérie et se propage progressivement autour de la fovéa qui est une petite de zone de la rétine de 1,5 mm de diamètre au centre de la macula, située au fond de l’œil.2

Ces lésions périfovéolaires font que la maladie n’est pas perceptible par le patient au stade initial car l’acuité visuelle est conservée. L’atrophie va s’élargir progressivement et les plages d’atrophie vont confluer jusqu’à présenter une lésion en « fer à cheval » menaçant la vision centrale. Au fur et à mesure que la maladie progresse, le symptôme le plus courant est une vision centrale floue, essentielle pour des activités telles que la lecture, la conduite et la reconnaissance des visages. Au fur et à mesure que l’atrophie progresse, elle peut créer une grande tache, plus au moins noire, au centre du champ de vision. L’atrophie géographique touche les deux yeux (atteinte bilatérale) dans la majorité des cas (48 à 65%).3

Récupéré sur : giphy.com

Des origines non élucidées

Les causes exactes de l’atrophie géographique ne sont pas entièrement comprises, mais des facteurs génétiques et environnementaux jouent un rôle. Selon une étude publiée dans l’American Journal of Ophthalmology4, certains variants génétiques augmentent le risque de développer une atrophie géographique, et des facteurs liés au mode de vie, comme le tabagisme, peuvent accroître ce risque.

Vivre avec l’AG

Vivre avec l’AG peut être difficile, car la perte de la vision centrale affecte presque toutes les tâches. Martha, 70 ans, partage son expérience : « Avant, j’aimais faire des mots croisés, mais maintenant les lettres se fondent dans un brouillard gris ». Et pour Robert, ingénieur à la retraite âgé de 71 ans, la frustration est palpable : « La précision était essentielle dans mon travail. Aujourd’hui, je ne peux même plus voir les détails des dessins de mes petits-enfants ». Ancienne fleuriste, et éprise de jardinage, Martha décrit son combat : « Les couleurs ont perdu leur netteté, ce qui rend difficile l’appréciation de la beauté d’un jardin ». Quant à Robert, il remarque : « J’ai toujours été celui qui guidait les autres, mais maintenant, naviguer dans ma propre maison est devenu un défi ».

Un espoir à l’horizon

Bien qu’il n’existe pas de remède à l’AG, les recherches en cours sont porteuses d’espoir. Le British Journal of Ophthalmology5 met en évidence des traitements potentiels qui ciblent les mécanismes sous-jacents de la maladie. La réeducation à la basse vision et les aides visuelles peuvent contribuer à maintenir l’indépendance et la qualité de vie. Un diagnostic et une intervention précoces peuvent ralentir la progression de l’AG. Il est important de soutenir la recherche de nouveaux traitements et de veiller à ce que les patients aient accès aux soins et aux réseaux de soutien.

Références :
1. Bubendorfer-Vorwerk H Bubendorfer-Vorwerk H et al. Prevalence of GA in Germany an assessment derived from literature based estimates and claims data results ; présenté à l’occasion du Congrès international d’ophtalmochirurgie allemande (DOC) 2023. Calcul pour la Suisse fait selon le nombre actuel d’habitants. 
2. Schmitz-Valckenberg St et al. Geographische Atrophie: Differentialdiagnose, Verlauf und aktuelle Therapieansätze. Z. prakt. Augenheilkunde 2014; 35:275–286. 
3. Lindblad AS et al. Change in area of geographic atrophy in the Age-Related Eye Disease Study: AREDS report number 26. Arch Ophthalmol. 2009 Sep;127(9):1168-74. doi:10.1001/archophthalmol.2009.198. 
4. « Genetic and Environmental Factors Associated with the Development of Geographic Atrophy, » American Journal of Ophthalmology, Volume 219, 2021, Pages 268-275. 
5. « Potential Therapeutic Targets for Geographic Atrophy, » British Journal of Ophthalmology, Volume 105, Issue 1, January 2021, Pages 15-18.

Cet article a été réalisé avec l’aimable soutien de Apellis Schweiz GmbH

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Pleins feux sur l’ergothérapie pédiatrique

L’ergothérapie pédiatrique est un pilier essentiel dans le développement des enfants ayant besoin d’un accompagnement spécialisé dans les activités de la vie quotidienne. Cette approche thérapeutique met en lumière l’importance de soutenir l’autonomie et l’intégration sociale dès le plus jeune âge.

Loading

Lire la suite »

L’union fait la force

Nicole Gusset joue un rôle crucial dans l’accompagnement des personnes atteintes de SMA (amyotrophie spinale) en Suisse et, depuis peu, à l’échelle européenne, grâce à une approche basée sur l’information et la confiance.

Loading

Lire la suite »

Diabète : l’odyssée SUGARBIKE

Fanny Zihlmann, une artiste et aventurière atteinte de diabète de type 1, nous emmène dans son projet ambitieux : SUGARBIKE. Cette initiative personnelle vise à démontrer que le diabète ne constitue pas une barrière à l’aventure et à l’exploration de soi. À travers un périple à vélo, Fanny aspire à repousser ses limites physiques et mentales, tout en sensibilisant sur le diabète.

Loading

Lire la suite »

La myopie : Comprendre, vivre et traiter

Dans un monde de plus en plus dominé par les écrans et un mode de vie sédentaire, la myopie est devenue une préoccupation de santé publique majeure. Aujourd’hui, des millions de personnes à travers le globe sont affectées par cette condition, avec des prévisions indiquant que près de la moitié de la population mondiale pourrait être myope d’ici 2050.

Loading

Lire la suite »