Décoder le langage de l’identité et de l’orientation sexuelle

Orientation sexuelle

Comprendre l’identité de genre et l’orientation sexuelle peut parfois s’apparenter à l’apprentissage d’une nouvelle langue. Et cela d’autant plus que la compréhension de ces concepts par la société ne cesse d’évoluer. Nous explorons ici la signification de quelques termes qui sont apparus au fil de la réflexion sur la sexualité et le genre. 

Par Adeline Beijns

Identités cisgenre et transgenre

Le terme cisgenre provient du préfixe latin « cis- » , qui signifie « de ce côté-ci ». Ainsi, une personne cisgenre est une personne dont l’identité de genre correspond au sexe qui lui a été assigné à la naissance. Par exemple, une personne assignée au sexe féminin à la naissance et qui s’identifie comme une femme est cisgenre. Ce terme a été introduit pour contraster avec les personnes « transgenres » et favoriser une discussion au sujet des préférences et des préjugés. Ainsi, le terme transgenre est souvent utilisé de manière interchangeable avec le terme transsexuel.

Toutefois, il désigne traditionnellement les personnes qui ont choisi de procéder à une transition médicale afin d’aligner leurs attributs physiques sur leur identité de genre. Il est important de noter que toutes les personnes transgenres ne s’identifient pas comme transsexuelles, car tout le monde n’opte pas pour une intervention médicale.

Récupéré sur : giphy.com

Le spectre non-binaire

Passons maintenant au concept de non-binaire. Non-binaire est un terme générique désignant toute identité de genre qui ne correspond pas exclusivement aux définitions traditionnelles de l’homme et de la femme. Ce terme reconnaît la fluidité du genre, suggérant qu’il existe sur un spectre plutôt que comme un concept binaire. Les personnes non binaires peuvent s’identifier aux deux genres, à aucun des deux, ou même passer d’un genre à l’autre.

Pansexualité et asexualité

Dans le domaine de l’orientation sexuelle, des termes comme pansexuel et asexuel ont également suscité davantage de compréhension et d’acceptation. On entend par pansexualité une attirance – affective, romantique ou sexuelle – pour des personnes indépendamment de leur sexe ou de leur identité de genre. Ce qui distingue la bisexualité de la pansexualité, c’est que les personnes pansexuelles ne considèrent pas le sexe comme un facteur déterminant de leur attirance.

En revanche, les personnes asexuelles – souvent appelées « as » dans la communauté LGBTQ+ – ne ressentent pas d’attirance sexuelle. Cela ne veut pas nécessairement dire qu’elles ne s’intéressent pas à la romance ou à l’intimité émotionnelle. Il est essentiel de comprendre que l’attirance sexuelle et l’attirance romantique peuvent exister indépendamment, ce qui est reconnu au sein de la communauté asexuelle par d’autres identités, telles que « asexuel aromantique » et « asexuel romantique ».

Récupéré sur : giphy.com

Un monde plein de couleurs

Il peut sembler difficile de s’y retrouver dans ces termes, d’autant plus qu’ils semblent en constante expansion. Pourtant, cet enrichissement du vocabulaire reflète simplement la reconnaissance croissante par notre société de la diversité des identités de genre et des orientations sexuelles. En prenant le temps de comprendre ces termes, nous faisons preuve de respect pour les identités et les expériences des individus, ce qui favorise le développement d’une société plus inclusive et plus empathique.

L’identité : descriptive, pas prescriptive

Soulignons également que ces étiquettes servent à aider les individus à décrire leurs expériences ; elles ne sont pas normatives, mais descriptives. Tout le monde ne choisira pas d’étiqueter son identité ou son orientation, et c’est tout à fait légitime.

L’identité est une question profondément personnelle, et l’expérience de chaque individu en matière de genre et de sexualité est unique. En définitive, l’aspect le plus important de cette démarche est de respecter l’être humain et la manière dont il s’identifie, afin de créer un monde qui reconnaisse et apprécie la diversité sous toutes ses formes. 

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Pleins feux sur l’ergothérapie pédiatrique

L’ergothérapie pédiatrique est un pilier essentiel dans le développement des enfants ayant besoin d’un accompagnement spécialisé dans les activités de la vie quotidienne. Cette approche thérapeutique met en lumière l’importance de soutenir l’autonomie et l’intégration sociale dès le plus jeune âge.

Loading

Lire la suite »

L’union fait la force

Nicole Gusset joue un rôle crucial dans l’accompagnement des personnes atteintes de SMA (amyotrophie spinale) en Suisse et, depuis peu, à l’échelle européenne, grâce à une approche basée sur l’information et la confiance.

Loading

Lire la suite »

Diabète : l’odyssée SUGARBIKE

Fanny Zihlmann, une artiste et aventurière atteinte de diabète de type 1, nous emmène dans son projet ambitieux : SUGARBIKE. Cette initiative personnelle vise à démontrer que le diabète ne constitue pas une barrière à l’aventure et à l’exploration de soi. À travers un périple à vélo, Fanny aspire à repousser ses limites physiques et mentales, tout en sensibilisant sur le diabète.

Loading

Lire la suite »

La myopie : Comprendre, vivre et traiter

Dans un monde de plus en plus dominé par les écrans et un mode de vie sédentaire, la myopie est devenue une préoccupation de santé publique majeure. Aujourd’hui, des millions de personnes à travers le globe sont affectées par cette condition, avec des prévisions indiquant que près de la moitié de la population mondiale pourrait être myope d’ici 2050.

Loading

Lire la suite »