La puissance de l’esprit par l’hypnose

Hypnose

D’innombrables personnes sont aux prises avec des troubles sexuels et des addictions. Les thérapies conventionnelles, bien qu’efficaces pour certains, ne donnent pas toujours les résultats escomptés pour tout le monde. C’est dans cette optique que les approches thérapeutiques complémentaires, telles que l’hypnose, ont gagné en attention et en reconnaissance. Le Dr. Lakshmi Waber, psychiatre et psychothérapeute FMH et expert renommé en hypnothérapie clinique, élucide les liens complexes entre l’esprit, les problèmes sexuels et l’addiction, et offre de précieuses indications sur la manière dont l’hypnose peut servir d’outil pour enclencher le changement et la guérison.

Par Adeline Beijns

Cher Dr. Waber, depuis quand l’hypnose est-elle utilisée dans le domaine médical ?

Les états de conscience modifiés, les transes , dont les états hypnotiques, ont toujours fait partie de l’Histoire humaine au fil des siècles, que ce soit lors des rites initiatiques ou de passages des saisons. Les premières traces de description d’états de conscience modifiée remontent à la Mésopotamie (il y a 6000 ans). Sous Ramsès II (il y a 3000 ans), existaient les temples du sommeil, dans lesquels les prêtre prodiguaient des soins au travers de « douces paroles ». C’est un des premiers moments de l’Histoire qui témoigne des paroles qui guérissent dans un cadre de conscience modifié. Par la suite, Mesmer, un médecin allemand qui est considéré comme un des pères de l’hypnose moderne, l’a appliqué à des fins thérapeutiques.

Quant à l’utilisation de l’hypnose pour le traitement de la douleur et l’anesthésie, c’est à James Braid, un chirurgien écossais, que nous devons sa diffusion large. En ce qui concerne les liens de l’hypnose avec la psychanalyse et la psychothérapie, Freud l’a utilisé comme outil avant d’en théoriser certains aspects qui ont abouti aux théories psychanalytiques. Erickson a été le premier à utiliser l’hypnose dite indirecte ou conversationnelle, plus proche des patients. Certains de ses élèves sont à l’origine des écoles systémiques. Ceci suggère qu’il y a différentes hypnoses, probablement uniques à chaque expérience.

Comment l’hypnose peut-elle apporter une solution aux personnes souffrant de troubles sexuels ?

Ce qui est particulièrement intéressant avec l’hypnose, c’est qu’il s’agit d’un état qui met
en lien différentes parties de l’individu et crée une forme d’unité entre les différentes composantes du soi. Certaines personnes estiment d’ailleurs qu’il s’agit d’une régression au moi corporel. C’est précisément pour cette raison que l’hypnose peut être un outil utile pour traiter une variété de troubles sexuels en ciblant les composantes psychologiques, émotionnelles et physiques de ces problèmes. Ces derniers peuvent avoir diverses causes sous-jacentes, notamment des facteurs psychologiques, des problèmes relationnels, des traumatismes passés ou des croyances négatives à l’égard de la sexualité. L’hypnothérapie peut s’attaquer à certains de ces facteurs en faisant appel non seulement au vécu mais aussi à l’imaginaire et aider les individus à surmonter leurs problèmes, notamment en leur donnant accès à de nouvelles ressources dans ces différents domaines.

Pourriez-vous nous donner des exemples pour lesquels l’hypnose est particulièrement adaptée ?

Je peux vous donner deux exemples récents. Le premier concerne un homme qui à la suite d’un divorce difficile, avait des problèmes érectiles et d’éjaculation rapide. En deux séances, l’hypnose a permis de réduire son anxiété et d’améliorer son vécu relationnel de telle sorte qu’il a pu retrouver une sexualité apaisée et satisfaisante. Le second exemple est celui d’une femme qui n’avait jamais eu d’orgasme vaginal. Dans son cas, nous avons travaillé dans son imaginaire afin de déterminer comment elle se représentait une sexualité épanouie afin qu’elle puisse ensuite, dans le monde réel, atteindre l’orgasme.

A noter que dans ces deux situations, comme toujours en sexologie, il n’y pas de finalité de norme ou de performance, encore plus en hypnose thérapeutique. Il est important de noter que l’hypnose peut ne pas être efficace pour tout le monde et que son succès peut dépendre de la réceptivité de l’indivi- du à la thérapie, des compétences de l’hypnothérapeute, du contexte. Il est également essentiel de travailler avec un thérapeute qualifié et expérimenté, spécialisé dans les troubles sexuels aussi hors hypnose, afin d’obtenir les meilleurs résultats possibles. L’hypnothérapie est aussi généralement associée à d’autres modalités de traitement, telles qu’une thérapie sexologique ou de couple, pour une approche plus complète des troubles sexuels.

Pour traiter les addictions, elle se révèle aussi particulièrement efficace. Pour quelles raisons ?

En matière d’addiction, il est important que l’hypnose se fasse en complément d’une thérapie en addictologie. Le traitement d’une addiction est en effet complexe car le patient présente généralement en tous cas quatre troubles à savoir, une dissociation qui est une perte de lien au corps, une absence de plaisir, une automatisation qui est une réaction « réflexe » à un stimulus donné comme voir une cigarette et la perte de contrôle.

En faisant appel à l’hypnose et à l’autohypnose, on peut non seulement introduire une forme de contrôle ou de comportement alternatif qui ne serait pas nocif mais aussi la notion de prendre soin de soi et de son corps. Ainsi, alors que des messages peuvent sembler banals dans un état de veille normal, ils peuvent véritablement s’ancrer dans la conscience et le corps d’une personne lorsque celle-ci est sous hypnose.

L’hypnose est-elle la solution à tous les problèmes ?

Non pas forcément mais elle peut apporter une partie importante de la solution à de nombreux problèmes. En travaillant avec un état et non pas une technique particulière, on aborde l’individu dans son ensemble et sa complexité, en travaillant notamment sur les conflits internes, les représentations, les sensations et nous sommes plus à même de traiter un problème spécifique.

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Pleins feux sur l’ergothérapie pédiatrique

L’ergothérapie pédiatrique est un pilier essentiel dans le développement des enfants ayant besoin d’un accompagnement spécialisé dans les activités de la vie quotidienne. Cette approche thérapeutique met en lumière l’importance de soutenir l’autonomie et l’intégration sociale dès le plus jeune âge.

Loading

Lire la suite »

L’union fait la force

Nicole Gusset joue un rôle crucial dans l’accompagnement des personnes atteintes de SMA (amyotrophie spinale) en Suisse et, depuis peu, à l’échelle européenne, grâce à une approche basée sur l’information et la confiance.

Loading

Lire la suite »

Diabète : l’odyssée SUGARBIKE

Fanny Zihlmann, une artiste et aventurière atteinte de diabète de type 1, nous emmène dans son projet ambitieux : SUGARBIKE. Cette initiative personnelle vise à démontrer que le diabète ne constitue pas une barrière à l’aventure et à l’exploration de soi. À travers un périple à vélo, Fanny aspire à repousser ses limites physiques et mentales, tout en sensibilisant sur le diabète.

Loading

Lire la suite »

La myopie : Comprendre, vivre et traiter

Dans un monde de plus en plus dominé par les écrans et un mode de vie sédentaire, la myopie est devenue une préoccupation de santé publique majeure. Aujourd’hui, des millions de personnes à travers le globe sont affectées par cette condition, avec des prévisions indiquant que près de la moitié de la population mondiale pourrait être myope d’ici 2050.

Loading

Lire la suite »