Ah, nos (bonnes) odeurs corporelles !

Résultat de la présence de bactéries sur notre peau et de l’influence de certains aliments et médicaments, notre odeur nous définit et donne de précieuses informations sur notre santé. Mais lorsqu’elle est désagréable, comment faire pour s’en débarrasser ?  

Par Adeline Beijns

Un phénomène naturel 

Vous venez de terminer votre séance de sport au cours de laquelle, vous avez tout donné. Baigné de transpiration, votre t-shirt crie « au secours » car l’odeur de lessive a laissé sa place à celle de la transpiration. Ces effluves, parfois nauséabondes, surgissent lorsque la transpiration et le sébum produits par le corps entrent en contact avec les bactéries présentes sur la peau. Ces bactéries peuvent produire des composés odorants uniques lorsqu’elles digèrent les produits de la transpiration ou d’autres sécrétions cutanées. 

Bien que la plupart d’entre nous émettent une certaine odeur, nombreuses sont les personnes dont l’odeur est bien plus particulière que les autres. Les odeurs corporelles peuvent varier en fonction de plusieurs facteurs tels que l’hygiène personnelle, l’alimentation, les hormones, les médicaments et les maladies.

Le rôle des odeurs

Il est possible que les odeurs corporelles aient un lien avec l’évolution. Certains scientifiques estiment qu’elles aient pu se développer pour communiquer des informations importantes sur la santé, la fertilité et le statut social chez les humains et les animaux. Elles peuvent par exemple indiquer la présence de phéromones, des molécules odorantes qui peuvent attirer les partenaires potentiels ou signaler l’état de santé d’une personne. Les odeurs corporelles ont pu aussi aider nos ancêtres à identifier les membres de leur groupe social et à leur éviter de s’approcher de ceux qui auraient pu représenter une menace pour leur santé.

Comment les éliminer ?

Outre le fait d’avoir une hygiène corporelle irréprochable et d’appliquer un bon déodorant ou antitranspirant, l’épilation peut diminuer l’odeur de la transpiration en évitant l’accumulation de bactéries dans les poils en particulier sous les aisselles et dans l’aine. 

Certains aliments peuvent aussi affecter l’odeur d’une personne en modifiant la composition des bactéries vivant sur la peau ou en changeant la composition de la sueur et des autres fluides corporels. Voici quelques exemples d’aliments connus pour avoir une influence sur nos « émanations » :

  • Les aliments épicés: l’ail, l’oignon et le curry peuvent provoquer l’émission d’une forte odeur par la peau et l’haleine.
  • La viande rouge : un régime riche en viande rouge peut provoquer l’émission d’une forte odeur en raison de la présence de cadaverine qui est une molécule produite par les bactéries lors de la décomposition de la viande.
  • L’alcool et la caféine : ils peuvent amener le corps à produire davantage de sueur.
  • Le poisson : il contient certains types d’acides aminés (comme la triméthylamine) qui peuvent produire une forte odeur lorsqu’ils sont métabolisés par le corps.
  • Le sucre : une consommation élevée peut perturber l’équilibre des bactéries vivant sur la peau, ce qui peut aussi entraîner une certaine odeur corporelle.

Il est important de souligner que nous sommes tous différents et que certaines personnes peuvent être plus sensibles à certains aliments que d’autres.

Outre ces conseils diététiques, porter des vêtements respirants fabriqués à partir de fibres naturelles telles que le coton, le lin ou le bambou, peut également être bénéfique car les fibres synthétiques peuvent piéger la transpiration et les bactéries. Enfin, boire suffisamment d’eau peut aider à éliminer les toxines du corps et à limiter ainsi l’odeur de la transpiration.

Enfin, il ne faut pas oublier que certaines maladies telles que le diabète, les maladies hépatiques et les maladies rénales peuvent également entraîner des changements dans l’odeur corporelle. Une bonne prise en charge thérapeutique pourra donc limiter les effets olfactifs néfastes de ces affections.

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Pleins feux sur l’ergothérapie pédiatrique

L’ergothérapie pédiatrique est un pilier essentiel dans le développement des enfants ayant besoin d’un accompagnement spécialisé dans les activités de la vie quotidienne. Cette approche thérapeutique met en lumière l’importance de soutenir l’autonomie et l’intégration sociale dès le plus jeune âge.

Loading

Lire la suite »

L’union fait la force

Nicole Gusset joue un rôle crucial dans l’accompagnement des personnes atteintes de SMA (amyotrophie spinale) en Suisse et, depuis peu, à l’échelle européenne, grâce à une approche basée sur l’information et la confiance.

Loading

Lire la suite »

Diabète : l’odyssée SUGARBIKE

Fanny Zihlmann, une artiste et aventurière atteinte de diabète de type 1, nous emmène dans son projet ambitieux : SUGARBIKE. Cette initiative personnelle vise à démontrer que le diabète ne constitue pas une barrière à l’aventure et à l’exploration de soi. À travers un périple à vélo, Fanny aspire à repousser ses limites physiques et mentales, tout en sensibilisant sur le diabète.

Loading

Lire la suite »

La myopie : Comprendre, vivre et traiter

Dans un monde de plus en plus dominé par les écrans et un mode de vie sédentaire, la myopie est devenue une préoccupation de santé publique majeure. Aujourd’hui, des millions de personnes à travers le globe sont affectées par cette condition, avec des prévisions indiquant que près de la moitié de la population mondiale pourrait être myope d’ici 2050.

Loading

Lire la suite »