Au secours, j’ai un ver solitaire !

A l’heure où on parle plus volontiers de notre vie sexuelle que de ce qui se passe dans nos intestins, mon ami Stéphane, m’a secrètement confié, avoir eu récemment un ver solitaire (aussi appelé ténia). Cette expérience traumatisante aura eu raison de son amour pour le tartare de bœuf.

Par Adeline Beijns

Au fond des entrailles

La contamination par le ténia est causée par l’ingestion d’aliments contenant des œufs ou des larves de ténia. Selon que vous ingérez des œufs ou des larves, le développement du ver solitaire dans votre corps sera différent. Ainsi, si vous avalez des œufs de ténias, ces derniers peuvent migrer en dehors des intestins et former des kystes larvaires dans les tissus et organes du corps. Vous souffrez dans ce cas, d’une infection invasive. En revanche, si ce sont des larves de ténias que vous consommez, à votre insu, l’infection sera limitée et le ténia se développera uniquement dans votre intestin grêle. Dans de rares cas, les ténias peuvent entraîner des complications graves, notamment l’obstruction de l’intestin ou de plus petits conduits dans l’intestin (comme le canal biliaire ou le canal pancréatique).

Un ténia adulte est constitué d’une tête, d’un cou et d’un corps formé d’une succession d’anneaux appelés proglottis. C’est de ces derniers que Stéphane, informaticien de 34 ans, se souvient le plus. « J’ai découvert que j’avais un ténia, le jour où, en voulant tirer la chasse après être allé aux toilettes, j’ai vu des grosses pelotes de filaments blancs au fond de la cuvette. J’ai failli m’évanouir » confie ce grand gaillard. On le comprend fort bien d’autant plus que ce ver, hermaphrodite, peut vivre 30 à 40 ans chez son hôte et atteindre une taille de 10 mètres de long.

Bien qu’il existe une multitude de vers, deux espèces touchent essentiellement l’être humain à savoir, le ténia inerme, qui provient d’une viande de bœuf contaminée et le ténia armé provenant du porc.

Symptômes

« Lorsque mon médecin m’a demandé si j’avais eu des signes ou des problèmes intestinaux qui auraient pu indiquer la présence d’un ver solitaire, je n’ai rien trouvé à lui dire. A part une légère perte de poids, ce parasite s’était bien développé en moi tout en restant silencieux » poursuit Stéphane.

La plupart des personnes concernées par le ténia ne présentent pas de symptômes mais lorsqu’il y en a, il peut s’agir de nausées, d’une faiblesse généralisée, d’une perte d’appétit, de douleurs abdominales, de diarrhée voire d’une envie irrépressible de sel.

« Ce qui m’a beaucoup perturbé c’est le fait de ne pas savoir où je l’ai attrapé même si je suspecte le tartare de bœuf, que je mange au moins une fois par semaine au restaurant, d’en être la cause » explique-t-il.

Ma vie à 3

« C’est comme ça que ma copine m’a dit qu’elle voyait notre couple à présent : il y avait nous deux et le « ver » » explique Stéphane. La présence du ver a d’ailleurs refroidi sa compagne au point qu’ils n’ont plus eu le moindre rapport sexuel pendant un mois. « Elle n’a plus rien voulu faire tant qu’ « il » était encore là. Je la comprends, c’est sûr que l’idée d’un ténia, n’est pas très sexy ».

Mais pour Stéphane, l’impact relationnel du ver solitaire ne s’arrête pas là : sa famille et ses amis n’ont pas voulu utiliser ses toilettes tant qu’il était infecté, de peur d’être eux-mêmes « colonisés ». On comprend mieux pour quelles raisons, certaines personnes n’osent pas en parler lorsque cela leur arrive.

Traitement

Le diagnostic de la présence d’un ver solitaire peut nécessiter un échantillon de selles pour identifier le genre de ver. Si les vers ne sont pas détectés dans les selles, le médecin peut demander une analyse de sang pour vérifier la présence d’anticorps produits pour combattre l’infection par le parasite.

Le type et la durée du traitement peuvent dépendre du type de ver que vous avez. Les ténias sont généralement traités avec un médicament, pris par voie orale, qui paralyse le parasite qui est alors évacué avec les selles. « Là encore, deuxième moment traumatisant : lorsque le reste du ténia est sorti. Il faut avoir le cœur bien accroché » se souvient Stéphane.

Prévention

Pour prévenir toute contamination par le ténia, voici quelques recommandations à observer :

  • Lavez-vous les mains à l’eau et au savon avant de manger ou de manipuler des aliments et après être allé aux toilettes.
  • Lorsque vous voyagez dans des régions où le ténia est plus fréquent, lavez et faites cuire tous les fruits et légumes avec de l’eau potable avant de les manger. Si l’eau n’est pas sans danger, veillez à la faire bouillir pendant au moins une minute, puis laissez-la refroidir avant de l’utiliser.
  • Faites bien cuire la viande de bœuf et de porc à une température d’au moins 65 degrés pour tuer les œufs et les larves du parasite et évitez aussi la consommation de poissons crus ou insuffisamment cuits.

A bon entendeur…

Références

https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2007/revue-medicale-suisse-111/parasitoses-intestinales-et-hepatiques-diagnostic-et-traitement
https://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9nia
https://www.concordia.ch/fr/guide-pratique/wuermer.html

Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas :

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Pleins feux sur l’ergothérapie pédiatrique

L’ergothérapie pédiatrique est un pilier essentiel dans le développement des enfants ayant besoin d’un accompagnement spécialisé dans les activités de la vie quotidienne. Cette approche thérapeutique met en lumière l’importance de soutenir l’autonomie et l’intégration sociale dès le plus jeune âge.

Loading

Lire la suite »

L’union fait la force

Nicole Gusset joue un rôle crucial dans l’accompagnement des personnes atteintes de SMA (amyotrophie spinale) en Suisse et, depuis peu, à l’échelle européenne, grâce à une approche basée sur l’information et la confiance.

Loading

Lire la suite »

Diabète : l’odyssée SUGARBIKE

Fanny Zihlmann, une artiste et aventurière atteinte de diabète de type 1, nous emmène dans son projet ambitieux : SUGARBIKE. Cette initiative personnelle vise à démontrer que le diabète ne constitue pas une barrière à l’aventure et à l’exploration de soi. À travers un périple à vélo, Fanny aspire à repousser ses limites physiques et mentales, tout en sensibilisant sur le diabète.

Loading

Lire la suite »

La myopie : Comprendre, vivre et traiter

Dans un monde de plus en plus dominé par les écrans et un mode de vie sédentaire, la myopie est devenue une préoccupation de santé publique majeure. Aujourd’hui, des millions de personnes à travers le globe sont affectées par cette condition, avec des prévisions indiquant que près de la moitié de la population mondiale pourrait être myope d’ici 2050.

Loading

Lire la suite »