Mon enfant a mal !

Lorsqu’un enfant souffre d’une maladie ou s’est blessé, les parents et le personnel soignant se sentent souvent bien démunis. Face à la douleur de l’enfant, l’incapacité à connaître sa gravité due au fait qu’il ne sait pas toujours exprimer ce qu’il ressent, est un obstacle à une prise en charge thérapeutique adéquate. Voici quelques idées pour entamer un dialogue.

Par Adeline Beijns

Communiquer avant tout

Évidemment, personne n’aime voir un enfant dans l’inconfort. Il est important d’être capable d’évaluer quand ils ont mal afin de pouvoir la gérer efficacement. Tous les enfants, y compris les nourrissons, ressentent la douleur, et la façon dont ils l’expriment est tout aussi unique que leur personnalité. En tant que parent, il est possible de faire appel à différentes techniques pour identifier la douleur chez les enfants, ainsi que d’enseigner aux enfants comment exprimer leur propre douleur.

6 idées pratiques

Pour leur apprendre ce qui est normal, anormal et comment écouter leur corps, il est important d’instaurer un dialogue au sujet de la douleur. Voici quelques idées pour définir un moyen de communication avec un enfant:

  1. Dialoguer au sujet de la douleur
    Certains enfants ne savent pas que la douleur quotidienne n’est pas normale. Il est important d’expliquer que tout le monde est différent, qu’il existe toute une gamme de douleurs et que la douleur peut être prise en charge si un adulte en est informé.
  2. Identifier les différences
    La douleur neuropathique peut être décrite comme une sensation de picotement, de brûlure, de chaleur ou de froid. La douleur musculaire est parfois décrite comme sourde, rongeante et lancinante. La douleur psychosomatique est une douleur qui est davantage influencée par les émotions et qui peut être décrite comme fatigante ou encore effrayante.
  3. Evaluer la douleur
    L’échelle des visages de Wong-Baker est un excellent outil à utiliser avec les enfants pour évaluer le niveau de douleur qu’ils ressentent. Montrez-leur l’échelle et demandez-leur de désigner un visage correspondant à la douleur qu’ils ressentent ce jour-là.
  4. Observer la douleur
    Une douleur constante et régulière sont deux choses très différentes. Constante signifie que la douleur est toujours présente, peu importe l’heure. Il s’agit d’une douleur présente 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Régulière signifie que la douleur suit un schéma, en fonction d’une certaine activité, d’un certain mouvement ou même à un certain moment de la journée. Leur apprendre à les différencier permettra de déterminer la cause de la douleur.
  1. Bilan émotionnel
    Les émotions et la douleur peuvent s’alimenter mutuellement comme en témoignent les douleurs psychosomatiques. Il est important de suivre les émotions quotidiennes de l’enfant afin de déterminer s’il existe un lien entre son humeur et sa douleur.
  2. Planifier des discussions
    Il est essentiel de faire un bilan régulier avec un enfant qui souffre de problèmes chroniques car ils ne savent pas intuitivement qu’ils doivent exprimer ce qu’ils ressentent. Prévoyez une discussion par jour, par semaine ou par mois, en fonction de ce dont votre enfant semble avoir besoin. Tenez un journal afin de vous souvenir des réponses précédentes et de faire le suivi si nécessaire pour les rendez-vous chez le médecin.

Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Pleins feux sur l’ergothérapie pédiatrique

L’ergothérapie pédiatrique est un pilier essentiel dans le développement des enfants ayant besoin d’un accompagnement spécialisé dans les activités de la vie quotidienne. Cette approche thérapeutique met en lumière l’importance de soutenir l’autonomie et l’intégration sociale dès le plus jeune âge.

Loading

Lire la suite »

L’union fait la force

Nicole Gusset joue un rôle crucial dans l’accompagnement des personnes atteintes de SMA (amyotrophie spinale) en Suisse et, depuis peu, à l’échelle européenne, grâce à une approche basée sur l’information et la confiance.

Loading

Lire la suite »

Diabète : l’odyssée SUGARBIKE

Fanny Zihlmann, une artiste et aventurière atteinte de diabète de type 1, nous emmène dans son projet ambitieux : SUGARBIKE. Cette initiative personnelle vise à démontrer que le diabète ne constitue pas une barrière à l’aventure et à l’exploration de soi. À travers un périple à vélo, Fanny aspire à repousser ses limites physiques et mentales, tout en sensibilisant sur le diabète.

Loading

Lire la suite »

La myopie : Comprendre, vivre et traiter

Dans un monde de plus en plus dominé par les écrans et un mode de vie sédentaire, la myopie est devenue une préoccupation de santé publique majeure. Aujourd’hui, des millions de personnes à travers le globe sont affectées par cette condition, avec des prévisions indiquant que près de la moitié de la population mondiale pourrait être myope d’ici 2050.

Loading

Lire la suite »