La dénervation rénale pour traiter l’hypertension

Bien qu’elle concerne un tiers de la population adulte et qu’elle représente un facteur de risque prépondérant pour le développement des maladies cardiovasculaires, l’hypertension reste trop souvent traitée de manière suboptimale. La dénervation rénale peut apporter une solution efficace et sûre pour certains patients hypertendus. Entretien auprès du Dr. Juan F. Iglesias, Médecin Adjoint agrégé de l’Unité de Cardiologie interventionnelle du Service de Cardiologie aux HUG.

Par Adeline Beijns

Qu’est-ce que l’hypertension ?

La tension artérielle correspond à la pression exercée par le sang sur la paroi des vaisseaux lorsqu’il y circule. Mesurée en millimètres de mercure (mmHg), elle s’exprime par deux chiffres : la pression maximale exercée par le sang sur la paroi des vaisseaux, au moment où le sang est éjecté du ventricule gauche lors de sa contraction (c’est la tension systolique) et la pression minimale, lorsque le ventricule gauche est au repos, complètement relâché (on parle alors de tension diastolique).

Selon les dernières recommandations de la Société européenne de cardiologie et d’hypertension, une personne est considérée comme « hypertendue » lorsque la tension artérielle mesurée au cabinet du médecin est ≥ 140 mmHg pour la tension systolique et/ou ≥ 90 mmHg pour la tension artérielle diastolique. On estime aujourd’hui qu’un tiers de la population mondiale adulte souffre d’hypertension artérielle et le nombre de patients hypertendus augmente dans tout le monde.

Quelles en sont les causes et quel est son impact sur la qualité de vie des patients ?

L’hypertension dite primaire, ou essentielle, représente environ 90 % des cas. Elle est causée par une multitude de facteurs dont les effets s’accumulent avec les années, tels que l’âge, l’hérédité et les habitudes de vie, comme l’obésité, la sédentarité, le tabagisme, l’abus d’alcool, le stress et une forte consommation de sel.

L’hypertension dite secondaire représente environ 10 % des cas et résulte principalement d’un autre problème de santé, comme un problème rénal, métabolique ou endocrinien, ou de la prise de certains médicaments. L’impact de l’hypertension artérielle sur la qualité de vie des patients est énorme puisqu’elle peut entraîner des dommages graves et potentiellement mortels.

Sa gestion peut être difficile pour les patients, quelles difficultés peuvent-ils rencontrer ?

La première difficulté réside dans le fait que seulement un tiers des patients hypertendus sont correctement traités et ont une pression artérielle contrôlée. A l’opposé, un tiers des patients hypertendus ne sont pas traités et un autre tiers des hypertendus sont traités mais leur hypertension est mal contrôlée.

Un autre problème majeur est l’adhérence des patients hypertendus à leur traitement médicamenteux. On estime actuellement que jusqu’à 60% des patients hypertendus ne prennent pas ou incomplètement le traitement qui leur est prescrit pour leur hypertension.

Quelles pourraient être les conséquences d’une hypertension mal prise en charge ?

De manière insidieuse et après plusieurs années, souvent sans occasionner de symptômes, l’hypertension non ou mal traitée peut conduire à des complications cardiovasculaires graves telles qu’un infarctus du myocarde, une insuffisance cardiaque, des troubles du rythme cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou une insuffisance rénale terminale, qui peuvent mener à la mort.

On estime actuellement que l’hypertension artérielle est responsable de près de 20% des décès dans le monde. Une baisse de seulement 10 mmHg de la pression artérielle systolique permettrait de réduire de 20% le risque de complications cardiovasculaires majeures et de 13% le risque de décès d’origine cardiovasculaire.

Si la gestion de l’hypertension est compliquée, existe-t-il des options alternatives pour les patients?

Oui absolument, en complément des mesures hygiéno-diététiques, comme la perte de poids, l’activité physique et la réduction de la consommation de sel, et du traitement médicamenteux traditionnels, la dénervation rénale constitue aujourd’hui une alternative de traitement sûre et efficace pour certains patients souffrant d’une hypertension artérielle.

De quoi s’agit-il ?

La dénervation rénale est une intervention qui consiste à interrompre sélectivement l’activité électrique des nerfs du système nerveux sympathique qui connectent le système nerveux central et le rein par l’application locale contre la paroi des artères rénales soit d’un courant électrique de faible intensité par ondes de radiofréquence soit d’ultrasons. Cette action sur les fibres du système nerveux sympathique a pour conséquence de diminuer la pression artérielle.

Lorsque des ultrasons sont administrés, ils sont délivrés par un ballonnet dans lequel circule un liquide refroidissant qui protège la paroi des artères et permet ainsi de délivrer des quantités plus importantes d’énergie dans le tissu autour de l’artère où se trouvent les fibres nerveuses. Il s’agit d’une procédure minimalement invasive qui est réalisée en ambulatoire sous anesthésie locale ou une légère sédation par l’intermédiaire d’une ponction de l’artère du pli de l’aine. Les données actuelles avec plusieurs années de recul montrent que les risques de complications sont extrêmement faibles et se limitent à ceux classiquement associés à toute intervention endovasculaire.

Cette approche invasive de traitement de l’hypertension n’a pas vocation actuellement à remplacer totalement les médicaments anti-hypertenseurs, mais constitue aujourd’hui une alternative réelle et efficace de traitement pour certains patients hypertendus en échec de traitement.

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Pleins feux sur l’ergothérapie pédiatrique

L’ergothérapie pédiatrique est un pilier essentiel dans le développement des enfants ayant besoin d’un accompagnement spécialisé dans les activités de la vie quotidienne. Cette approche thérapeutique met en lumière l’importance de soutenir l’autonomie et l’intégration sociale dès le plus jeune âge.

Loading

Lire la suite »

L’union fait la force

Nicole Gusset joue un rôle crucial dans l’accompagnement des personnes atteintes de SMA (amyotrophie spinale) en Suisse et, depuis peu, à l’échelle européenne, grâce à une approche basée sur l’information et la confiance.

Loading

Lire la suite »

Diabète : l’odyssée SUGARBIKE

Fanny Zihlmann, une artiste et aventurière atteinte de diabète de type 1, nous emmène dans son projet ambitieux : SUGARBIKE. Cette initiative personnelle vise à démontrer que le diabète ne constitue pas une barrière à l’aventure et à l’exploration de soi. À travers un périple à vélo, Fanny aspire à repousser ses limites physiques et mentales, tout en sensibilisant sur le diabète.

Loading

Lire la suite »

La myopie : Comprendre, vivre et traiter

Dans un monde de plus en plus dominé par les écrans et un mode de vie sédentaire, la myopie est devenue une préoccupation de santé publique majeure. Aujourd’hui, des millions de personnes à travers le globe sont affectées par cette condition, avec des prévisions indiquant que près de la moitié de la population mondiale pourrait être myope d’ici 2050.

Loading

Lire la suite »