Le combat d’Hélène contre la polyarthrite rhumatoïde

Le combat d’Hélène contre la polyarthrite rhumatoïde

Hélène, une femme dynamique de 65 ans, incarne la détermination et l’amour de son métier. Vivant entre Bâle et Zurich, elle a fait toute sa carrière dans le secteur du commerce de détail, jusqu’à occuper un poste de responsable des ventes. Son dynamisme insatiable l’a même conduite à reprendre des études pour devenir formatrice en gestion du personnel. Mariée à l’amour de sa vie depuis l’âge de 20 ans, elle a toujours pu compter sur le soutien indéfectible de son mari. La retraite à 64 ans ? Pas pour Hélène, qui a poursuivi sa passion. Mais au milieu de cette quête d’excellence, une tempête se prépare. 

Par Adeline Beijns

La lutte invisible

À l’âge de 41 ans, les premiers signes de la polyarthrite rhumatoïde s’installent dans la vie d’Hélène. Une douleur insidieuse dans les doigts et les épaules, d’abord facilement négligée, a conduit à trois infiltrations de son médecin généraliste. Cependant, il est devenu évident que quelque chose de plus grave était en jeu. Une visite chez un rhumatologue l’a confirmé : La polyarthrite rhumatoïde. Un traitement est mis en place et Hélène se sent rapidement rétablie, à tel point qu’elle prend l’audacieuse décision d’arrêter les médicaments. Un choix qui allait entraîner une douloureuse résurgence de la maladie.

Comprendre la polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie inflammatoire chronique qui touche principalement les articulations, mais qui peut également affecter d’autres systèmes de l’organisme. Dans la PR, le système immunitaire s’attaque par erreur à la synovie, la membrane qui entoure les articulations, ce qui provoque un gonflement douloureux.

Avec le temps, cette inflammation peut entraîner une déformation des articulations et une érosion des os. Les symptômes de la maladie vont souvent au-delà des douleurs articulaires et peuvent inclure de la fatigue, de la fièvre et une perte de poids. Cependant, elle peut également provoquer une atteinte systémique, affectant divers systèmes de l’organisme, y compris les poumons.

Récupéré sur : giphy.com

Complications pulmonaires

La vie réserve des surprises à Hélène lorsqu’une innocente séance de jardinage l’expose à des moisissures, ce qui entraîne une aspergillose broncho-pulmonaire allergique (ABPA) et une hospitalisation soudaine. Un pneumothorax vient compliquer une situation déjà difficile. Un séjour de quatre semaines à l’hôpital marque une nouvelle étape dans son combat, l’amenant à consulter non seulement un rhumatologue, mais aussi un pneumologue.

L’ABPA est une maladie complexe qui se caractérise par une réaction exagérée du système immunitaire au champignon Aspergillus. La relation entre la polyarthrite rhumatoïde et l’ABPA peut ne pas être immédiatement apparente, mais elle est enracinée dans le dérèglement sous-jacent du système immunitaire.

En effet, les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde ont déjà un système immunitaire enclin à attaquer les tissus de l’organisme, et leur traitement fait souvent appel à des médicaments qui modulent la réponse immunitaire. Cette modification du comportement du système immunitaire peut parfois prédisposer les individus à d’autres pathologies liées à l’immunité, comme l’ABPA.

Dans le cas d’Hélène, la combinaison de sa polyarthrite rhumatoïde sous-jacente et de l’exposition aux moisissures a conduit au développement de l’ABPA. Cela a compliqué son état en provoquant un pneumothorax – un affaissement du poumon causé par une fuite d’air dans l’espace entre le poumon et la paroi thoracique. Une chaîne d’événements s’est alors enclenchée, reliant sa maladie articulaire à une affection pulmonaire potentiellement mortelle.

Récupéré sur : giphy.com

Confiance et soutien

La confiance d’Hélène en ses médecins et leur remarquable collaboration ont été la pierre angulaire de son traitement. Sa conviction de l’importance d’une bonne relation avec les professionnels de la santé et de leur travail d’équipe a conduit à un régime de soins optimisé. Sa participation à la section bâloise de l’Association suisse des polyarthritiques (ASP – SPV) lui a donné une communauté, une force et une orientation. Et pendant tout ce temps, son mari l’a soutenue, la traitant avec normalité, comme si la maladie n’existait pas.

Une vie riche

Les passions d’Hélène vont au-delà de sa profession. Elle trouve du réconfort et de la joie dans la photographie, et plus particulièrement dans les moments passés avec ses deux chats bien-aimés. Bien que ses amis félins soient décédés, leur souvenir continue d’être une source de réconfort et d’inspiration.

Embrasser la vie avec courage

Aujourd’hui, Hélène est bien debout. Son histoire transcende son état de santé. Il s’agit d’embrasser la vie avec tous ses défis, de trouver la joie dans l’ordinaire, de s’appuyer sur ses proches et de ne jamais abandonner ses rêves.

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Bronzer tout en se protégeant

À l’approche de la saison estivale, nous sommes nombreux à nous interroger sur les moyens de protéger notre peau des rayons nocifs du soleil. Avec la menace croissante du réchauffement de la planète et l’augmentation effective des températures, il est plus important que jamais de bien choisir sa protection solaire.

Loading

Lire la suite »

Et si les vampires existaient ?

Lorsque nous pensons aux vampires, nous imaginons souvent des créatures de la nuit, des êtres immortels qui s’attaquent aux humains en les vidant de leur sang. Et si je vous disais que les vampires existent bel et bien, mais sous une forme beaucoup plus petite et peut-être moins intimidante ? Oui, ces suceurs de sang sont parmi nous et se présentent sous différentes formes et tailles. Ces créatures sont des insectes qui se nourrissent du sang des humains et des animaux, et si elles n’ont pas l’attrait d’un vampire de cinéma, elles peuvent certainement être nuisibles.

Loading

Lire la suite »

« Une sensation horrible de brûlure »

Marina, 37 ans, a tout pour être heureuse. Journaliste, elle est soutenue au quotidien par un mari aimant et un petit garçon plein de vie de 3 ans qui fait les quatre cents coups. Seule ombre au tableau : des cystites relativement fréquentes qui la mettent « K.-O ».

Loading

Lire la suite »

Tests génomiques : les patientes, actrices de leur santé

Les tests génomiques sont une véritable révolution. Ils permettent non seulement de préciser l’impact qu’un traitement de chimiothérapie aurait sur le risque de récidive du cancer du sein mais ils changent aussi la dynamique thérapeutique en permettant aux patientes de devenir actrices de leur guérison. Entretien réalisé auprès du Dr. Colin Simonson, Médecin chef du Service de Gynécologie à l’Hôpital de Sion.

Loading

Lire la suite »

Incontinence : stop au tabou !

Véritable problème de santé publique, l’incontinence urinaire et anale touche jusqu’à une femme sur deux à partir de 60 ans. Les jeunes n’en sont pas moins épargnées et éprouvent une véritable souffrance lorsqu’elles sont concernées.

Loading

Lire la suite »