À bout de souffle… déceler la BPCO

BPCO

En Suisse, la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est la quatrième cause de mortalité. Dans cet article, nous parlons de l’importance du diagnostic précoce et des possibilités de gagner en bien-être même à un âge avancé, et nous expliquons en quoi la sexualité elle est aussi concernée. Interview avec Dr. Claudia Steurer-Stey, experte en BPCO et spécialiste en médecine interne et maladies pulmonaires, cheffe du département « Chronic Care » à l’Université de Zurich, cabinet mediX Zurich. 

Adeline Beijns

Quelles sont les causes de la BPCO ?

En Suisse, la BPCO est avant tout causée par le tabagisme. Or ce n’est qu’à un stade avancé de la maladie que le véritable signal d’alarme, la dyspnée ou essoufflement, vient se greffer à la toux et aux expectorations, symptômes trop souvent confondus avec la « toux du fumeur ». Nombre de personnes affectées attendent ce moment pour consulter. Mais nous non plus, professionnels de la santé, ne sommes pas exempts de tout reproche, le diagnostic étant souvent posé tardivement, voire pas du tout.

À quoi reconnaît-on une BPCO ?

En cas de symptômes typiques (expectorations, toux, dyspnée) chez des personnes qui fument ou ont arrêté, il faut envisager une BPCO et faire passer un petit test pulmonaire (spirométrie). Dans bien des cas, cela intervient malheureusement très tard, lorsque la pathologie est déjà à un stade avancé. D’où l’importance de consulter dès l’apparition de tels symptômes ! Autre indice majeur pour les professionnels de santé, les fumeurs sujets à des infections fréquentes. La BPCO est pernicieuse en ce qu’elle évolue lentement.

Récupéré sur : giphy.com

Pourquoi est-il si important d’informer le plus tôt possible les personnes concernées ?

Tout simplement parce qu’il existe aujourd’hui des possibilités d’améliorer les symptômes, la qualité de vie, le pronostic et les chances de survie. Plus nous sensibilisons tôt à cette maladie chronique, meilleurs sont les résultats. La BPCO est certes incurable, mais pas mal de choses peuvent être mises en oeuvre afin de ralentir ce processus insidieux et maintenir la qualité de vie.

Quels sont les enjeux de la BPCO dans la vie sociale ?

C’est une maladie complexe, qui induit des restrictions tant physiques que sociales et psychologiques. La BPCO affecte les gens à tous les niveaux et s’accompagne aussi souvent d’un sentiment de honte et de culpabilité. Il est important d’en discuter et de sensibiliser à la BPCO.

Parmi les enjeux trop souvent tus pour ces personnes, on trouve notamment une baisse des performances, l’isolement et la solitude, la dépression, sans oublier l’intimité et la sexualité. Or il s’agit là d’aspects fondamentaux à une bonne qualité de vie. Pour les personnes concernées et les professionnels, il n’est pas facile d’entamer la conversation et de trouver les mots justes. Alors que tant de gens aimeraient pouvoir en parler, le sujet reste malheureusement tabou.

Quelles sont les options thérapeutiques qui s’offrent aux patients ?

Qu’elles soient médicamenteuses ou non, les mesures efficaces scientifiquement prouvées peuvent et doivent être appliquées au cas par cas, car toutes les BPCO ne se ressemblent pas. Nous pouvons ainsi avoir un impact positif et réduire les symptômes, la souffrance et les complications comme les exacerbations de BPCO. Il est possible de prévenir, d’intervenir de façon proactive et d’améliorer la gestion en impliquant les personnes concernées.

Que peuvent faire les patients afin d’anticiper et de freiner la progression de la maladie ?

Outre les recours pharmacologiques, certaines mesures permettent aux personnes affectées de changer leurs habitudes. Adopter un comportement bon pour la santé est une priorité, à commencer par arrêter de fumer. Plus l’on s’y prend tôt, avec le soutien nécessaire, plus la motivation est grande. En parallèle, la pratique régulière d’une activité physique est primordiale. Et l’on en revient à l’importance d’un diagnostic précoce.

Les personnes concernées présentant déjà une BPCO à un stade avancé, sont de moins en moins actives, leur musculature s’atrophie, et leur manque d’activité accroît leur manque de mobilité et leur isolement. Pourtant, un patient diagnostiqué à temps, qui arrête de fumer, prend les médicaments prescrits, a une activité physique et un plan de réhabilitation pulmonaire et de coaching, peut « vivre mieux avec la BPCO ».

Cet article a été réalisé avec l’aimable soutien d’AstraZeneca AG
L’indépendance de l’opinion du médecin a été entièrement respectée – CH-8783_10/2023

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Comprendre le zona

Le zona, également appelé herpès zoster, est une infection virale causée par la réactivation du virus varicelle-zona. Ce dernier peut rester en sommeil dans les tissus nerveux et réapparaître des années plus tard sous la forme d’un zona.

Loading

Lire la suite »

Fascination pour la vie des milliardaires : plongée dans la psyché humaine

À une époque où la vie des milliardaires est fréquemment mise en avant dans les médias, elle devient souvent le sujet d’articles de magazines, de séries télévisées et de messages en vogue sur les réseaux sociaux. S’il est évident que la société éprouve une profonde fascination pour ces personnes, la question fondamentale qui se pose est la suivante : pourquoi leur vie nous intrigue-t-elle à ce point ?

Loading

Lire la suite »

Aider les patients porteurs de maladies rares en Valais et au-delà

Fondée à Sion en 2017, MaRaVal est une association à but non lucratif dédiée aux personnes atteintes de maladie rare et à leur famille. Elle propose des prestations dont l’efficacité a été démontrée, comme le soutien aux patients, la défense de leurs intérêts, la coordination des interventions et des formations dans divers domaines affectant la vie de ces personnes et de leurs proches. Entretien réalisé avec Christine de Kalbermatten, directrice et fondatrice de MaRaVal – maladies rares Valais.

Loading

Lire la suite »

Sauté de légumes de printemps

Cette recette est une véritable ode aux légumes frais du printemps. Elle présente un mélange coloré d’asperges, de pois mange-tout, de carottes et de poivrons, sautés dans une sauce légère et savoureuse à base de sauce soja, de gingembre, d’ail et d’un soupçon de miel pour la douceur. Garni de graines de sésame et d’herbes fraîches, ce plat est à la fois nutritif et visuellement attrayant, parfait pour les personnes gourmandes et soucieuses de leur santé.

Loading

Lire la suite »

Salade de quinoa et betteraves grillées

Une salade copieuse et rafraîchissante qui combine la douceur des betteraves rôties avec la saveur de noix du quinoa. Cette salade est mélangée avec de la roquette, des concombres en dés et de la feta émiettée, puis assaisonnée d’une vinaigrette citronnée. Garnie de noix grillées pour le croquant, c’est un repas équilibré et satisfaisant, idéal pour les premiers jours du printemps.

Loading

Lire la suite »