Les vaccins : clé de la santé mondiale et de la prévention des pandémies

Dans un monde continuellement assiégé par des maladies nouvelles et anciennes, nous disposons d’un outil puissant qui a démontré à maintes reprises sa capacité à protéger efficacement notre santé : les vaccins. Guerriers silencieux, c’est en nous qu’ils bâtissent une forteresse d’immunité. Entretien auprès du Docteur Alessandro Diana, Médecin responsable au Centre de pédiatrie de la Clinique des Grangettes-Hirslanden et Chargé d’enseignement à la Faculté de médecine de Genève (UNIGE).

Par Adeline Beijns

Docteur, j’ai toujours été sceptique quant aux vaccins et d’autant plus depuis la covid-19. Pourquoi les vaccins sont-ils toujours d’actualité de nos jours ?

Les vaccins sont un élément essentiel de notre défense contre de nombreuses maladies et ils ont fait leurs preuves depuis la fin du 18e siècle avec les découvertes du Dr. Edward Jenner. Nous avons en effet pu contrôler, voire éradiquer, des maladies qui étaient autrefois courantes. Par exemple, la variole, une maladie autrefois mortelle, n’existe plus depuis 1980 grâce à un programme de vaccination mondial. De nombreuses autres maladies dont le réservoir est humain, comme la rougeole, les oreillons et la polio, ont été considérablement réduites dans de nombreuses régions du monde. On estime que grâce aux vaccinations, 2 à 3 millions de vie sont sauvées chaque année dans le monde.

Lorsqu’un vaccin ne prévient pas entièrement une maladie, il peut néanmoins en atténuer la gravité. Les vaccins contre la covid-19 en sont un excellent exemple : ils ont permis de réduire considérablement la gravité de la maladie chez les personnes qui ont été infectées après avoir été vaccinées. Outre les avantages pour la santé, les vaccins permettent également d’économiser du temps et des ressources. Ils préviennent des maladies qui, autrement, pourraient entraîner de longs séjours à l’hôpital et des traitements coûteux.

Certaines maladies ne sont plus présentes dans notre pays. Pourquoi faut-il encore vacciner les personnes contre ces maladies ?

C’est une excellente question. S’il est vrai que certaines maladies ne sont plus présentes dans certains pays, cela ne signifie pas qu’elles ont été complètement éradiquées dans le monde entier. La principale raison pour laquelle nous continuons à vacciner contre ces maladies est le maintien de ce que l’on appelle l’immunité collective pour limiter la propagation de la maladie. Tout le monde est ainsi protégé, y compris les personnes qui ne peuvent pas recevoir certains vaccins en raison de leur âge, d’allergies ou d’un système immunitaire affaibli. Prenons l’exemple de la polio, une maladie qui a été éradiquée dans de nombreux pays, mais qui existe encore dans certaines parties du monde. Si nous arrêtons la vaccination, nous risquons de réintroduire la maladie, car elle peut être apportée par des voyageurs en provenance de régions où elle sévit encore.

Récupéré sur : giphy.com

Il convient également de noter que ces maladies peuvent réapparaître même dans des populations qui les maîtrisaient auparavant. Les épidémies de rougeole dans plusieurs régions du monde et en Suisse,
comme nous l’avons vu il y a quelques années, où les taux de vaccination ont chuté en sont un exemple récent. Ainsi, à l’heure de la mondialisation, où les gens se déplacent plus fréquemment d’une partie du monde à l’autre, il est essentiel de poursuivre les vaccinations contre les maladies, même si elles semblent avoir été éliminées localement.

Personnellement, j’ai deux grandes craintes envers les vaccins. D’une part, je ne sais pas ce qu’il y a dedans et d’autre part, je crains d’en ressentir des effets secondaires. Qu’en pensez-vous ?

Je ne réponds généralement pas à cette question et j’en pose plutôt une autre : « qu’est-ce qui vous inquiète dans le contenu et les effets secondaires des vaccins » ? C’est en comprenant ce qui pousse une personne à avoir ce genre d’inquiétudes que ma réponse pourra véritablement l’aider.

Si elle désire avoir des informations concernant le contenu des vaccins, je peux expliquer qu’il y a deux grandes catégories à savoir les vaccins inactivés et vivants atténués. Une fois introduit dans le corps, le système immunitaire le reconnaît comme un intrus et construit des défenses contre lui, se préparant ainsi à combattre l’agent pathogène réel si vous le rencontrez à l’avenir.

Les autres ingrédients des vaccins, notamment les adjuvants (sels d’aluminium) qui renforcent votre réponse immunitaire et les stabilisateurs qui préservent la sécurité du vaccin pendant son stockage et son transport. Pour ce qui est des effets secondaires, il est vrai que les vaccins, comme toute interven- tion médicale, peuvent avoir des effets secondaires. Les plus courants sont généralement mineurs et temporaires, comme une douleur au bras, une légère fièvre ou une sensation de léger malaise pendant quelques jours.

Il s’agit en fait de signes indiquant que votre corps est en train de se protéger contre la maladie. Bien que les effets secondaires graves soient extrêmement rares, lorsqu’ils se produisent, ils font l’objet d’une enquête méticuleuse afin de garantir la sécurité du vaccin. Les effets secondaires potentiels d’un vaccin sont nettement moins graves que les complications possibles des maladies qu’ils préviennent. Je tiens à souligner que tous les vaccins sont soumis à des tests rigoureux à différents stades d’essais cliniques avant d’être approuvés.

Récupéré sur : giphy.com

Ce processus permet d’évaluer leur sécurité et leur efficacité. Même après leur approbation, des systèmes de surveillance restent en place pour contrôler leur sécurité au sein de la population. Par ailleurs, je voudrais préciser que le critère de la sécurité est pour les vaccins, même plus élevé que pour les médicaments que l’on prescrit à des personnes déjà malades.

Y a-t-il beaucoup de patients, hésitants, comme moi, qui viennent vous consulter ?

C’est difficile à dire mais on estime qu’entre 5 et 20% des personnes sont vaccino-hésitantes. Tout dépend de la disponibilité du médecin et de la possibilité que le patient a de pouvoir partager son hésitation.

Comment parvenez-vous à rassurer vos patients ?

Pour rassurer les patients au sujet de la vaccination, il faut avant tout identifier l’hésitation et la comprendre tout en ne jugeant pas. Il ne faut absolument pas vouloir convaincre. C’est ce qu’on appelle l’equipoise, la neutralité du jugement dans le cadre d’un partenariat thérapeutique.

En tant que prestataire de soins de santé, le rôle principal d’un médecin est d’écouter les inquiétudes de ses patients, de valider leurs sentiments, puis de fournir des informations factuelles et scientifiques pour répondre à ces inquiétudes si le patient le souhaite. Les médecins peuvent proposer de répondre aux questions de suivi et de maintenir une ligne de communication ouverte, ce qui peut également contribuer à instaurer la confiance.

Que pensez-vous personnellement de la vaccination ?

Après la potabilisation de l’eau, je pense qu’il s’agit du deuxième plus grand succès de la médecine préventive. Mais le défi de de cette médecine est qu’elle ne reçoit pas suffisamment de crédit pour les les vies qu’elle sauve. 

Cet article a été réalisé avec l’aimable soutien de Novavax
L’indépendance de l’opinion du médecin a été entièrement respectée,
Le docteur médecin Alessandro Diana n’a reçu aucune rémunération en rapport avec cette interview

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Comprendre le zona

Le zona, également appelé herpès zoster, est une infection virale causée par la réactivation du virus varicelle-zona. Ce dernier peut rester en sommeil dans les tissus nerveux et réapparaître des années plus tard sous la forme d’un zona.

Loading

Lire la suite »

Fascination pour la vie des milliardaires : plongée dans la psyché humaine

À une époque où la vie des milliardaires est fréquemment mise en avant dans les médias, elle devient souvent le sujet d’articles de magazines, de séries télévisées et de messages en vogue sur les réseaux sociaux. S’il est évident que la société éprouve une profonde fascination pour ces personnes, la question fondamentale qui se pose est la suivante : pourquoi leur vie nous intrigue-t-elle à ce point ?

Loading

Lire la suite »

Aider les patients porteurs de maladies rares en Valais et au-delà

Fondée à Sion en 2017, MaRaVal est une association à but non lucratif dédiée aux personnes atteintes de maladie rare et à leur famille. Elle propose des prestations dont l’efficacité a été démontrée, comme le soutien aux patients, la défense de leurs intérêts, la coordination des interventions et des formations dans divers domaines affectant la vie de ces personnes et de leurs proches. Entretien réalisé avec Christine de Kalbermatten, directrice et fondatrice de MaRaVal – maladies rares Valais.

Loading

Lire la suite »

Sauté de légumes de printemps

Cette recette est une véritable ode aux légumes frais du printemps. Elle présente un mélange coloré d’asperges, de pois mange-tout, de carottes et de poivrons, sautés dans une sauce légère et savoureuse à base de sauce soja, de gingembre, d’ail et d’un soupçon de miel pour la douceur. Garni de graines de sésame et d’herbes fraîches, ce plat est à la fois nutritif et visuellement attrayant, parfait pour les personnes gourmandes et soucieuses de leur santé.

Loading

Lire la suite »

Salade de quinoa et betteraves grillées

Une salade copieuse et rafraîchissante qui combine la douceur des betteraves rôties avec la saveur de noix du quinoa. Cette salade est mélangée avec de la roquette, des concombres en dés et de la feta émiettée, puis assaisonnée d’une vinaigrette citronnée. Garnie de noix grillées pour le croquant, c’est un repas équilibré et satisfaisant, idéal pour les premiers jours du printemps.

Loading

Lire la suite »