Diabète et vision : misez sur le dépistage !

Diabète vision

L’œdème maculaire diabétique (OMD) est une complication du diabète qui se produit lorsque du liquide s’accumule dans la macula (la partie de la rétine responsable de la vision centrale) en raison d’une fuite des vaisseaux sanguins, ce qui provoque un gonflement et une altération de la vision. C’est l’une des principales causes de cécité chez les personnes atteintes de diabète. Patricia, 65 ans, a eu beaucoup de chance d’être diagnostiquée et traitée à temps. 

Par Adeline Beijns

Chère Patricia, pourriez-vous vous présenter brièvement ?

Si je devais me décrire en quelques mots, je vous dirais que je suis une célibataire heureuse de bientôt 65 ans qui profite d’une retraite anticipée depuis bientôt 7 ans. J’ai fait toute ma carrière dans le département de trésorerie d’une grande multinationale suisse. Du côté des loisirs, je suis passionnée par la broderie et la lecture. Je peux passer plusieurs heures sur un ouvrage sans voir le temps passer.

Mais je suis loin d’être casanière et j’aime beaucoup la marche, les balades en vélo et la natation. C’est à l’âge de 45 ans, lors d’un contrôle chez mon médecin généraliste, qu’un diabète de type 2 a été diagnostiqué. J’étais très surprise car je ne m’y attendais pas. Mon médecin a pris cette découverte au sérieux et m’a immédiatement recommandé d’aller consulter un diabétologue. Après la mise en place d’un traitement adéquat et pour s’assurer que la maladie n’avait pas déjà atteint certains organes, le diabétologue m’a conseillée une visite chez un cardiologue mais surtout un contrôle chez l’ophtalmologue.

Le diabète peut avoir des conséquences lourdes dont notamment sur la vision. Êtes-vous concernée ?

Hélas oui. Lors d’un contrôle, il y a à peu près 6 ans, l’ophtalmologue a mis en évidence la présence d’un œdème sur la rétine d’un œil. Il m’a expliqué que cet œdème maculaire diabétique (OMD) était une conséquence, relativement courante, d’une glycémie trop élevée dans le cadre d’un diabète relativement mal contrôlé.

Récupéré sur : giphy.com

Est-ce que l’établissement du diagnostic a été rapide ?

Oui lors de la visite de contrôle, l’ophtalmologue a identifié un œdème. Pour en évaluer la gravité et aussi les possibilités de traitement, il m’a conseillée de prendre rendez-vous chez une spécialiste en ophtalmochirurgie. C’est elle qui a pris le relais pour la prise en charge thérapeutique c’est-à-dire pour les injections intravitréennes.

Y a-t-il eu des premiers signes de cet OMD ?

Justement non et c’est pour cela que j’ai été très surprise du diagnostic. Mais je dois dire que comme je voyais régulièrement mon ophtalmologue, c’est-à-dire au moins une fois par an, il a été diagnostiqué relativement tôt.

Y a-t-il eu un impact sur votre qualité de vie ?

Fort heureusement non car j’ai été traitée très rapidement et j’étais déjà en retraite anticipée à cette époque-là.

Comment votre maladie a-t-elle été prise en charge par les différents spécialistes et à quels intervalles ?

En ce qui concerne la prise en charge du diabète, j’ai dû réadapter mon traitement, afin de mieux l’équilibrer. La prise en charge d’une personne diabétique qui souffre des conséquences de la maladie repose sur un véritable travail d’équipe de la part des différents spécialistes. Je vois le diabétologue tous les 6 mois, l’ophtalmologue tous les ans et la spécialiste en ophtalmochirurgie en fonction de la nécessité des traitements. Au début, peu après la pose du diagnostic, j’ai vu la spécialiste en ophtalmochirurgie tous les deux mois.

Récupéré sur : giphy.com

Le traitement a consisté en une série d’injections intravitréennes qui se sont espacées avec le temps au fur et à mesure que l’œdème se résorbait. Au début, j’étais tétanisée à l’idée de recevoir une injection dans l’œil mais en réalité, il y a bien plus de peur que de mal. Les examens de préparation durent plus ou moins deux heures, par contre l’injection elle-même ne prend que quelques secondes et n’est pas douloureuse.

Aujourd’hui, est-ce que vous sentez votre qualité de vie améliorée grâce à votre prise en charge ?

Oui sans aucun doute. Rendez-vous compte, malgré ces problèmes ophtalmologiques, je peux continuer mes deux grandes passions que sont la broderie et la lecture. C’est inespéré.

On sait que l’OMD peut conduire à la cécité. Vous estimez-vous chanceuse de ne pas avoir atteint ce stade ?

Bien évidemment. Mais j’ai surtout eu beaucoup de chance d’avoir de bons médecins autour de moi en qui j’ai pleinement confiance.

Patricia, quel message souhaitez-vous faire passer à nos lecteurs ?

J’aimerais leur dire qu’il est essentiel de suivre les conseils des médecins qu’il s’agisse d’un généraliste ou d’un spécialiste. Le diabète est une maladie complexe et ses conséquences sur les yeux peuvent rester indécelables très longtemps. J’aimerais aussi rassurer les personnes qui vont être traitées pour un OMD : les traitements sont longs par contre les injections dans l’œil ne sont pas douloureuses et il s’agit d’un traitement bien maîtrisé.

Cet article a été réalisé avec l’aimable soutien de Roche Pharma (Suisse) SA – 0X/2023 M-CH-00003479
L’indépendance de l’opinion de la patiente a été entièrement respectée

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Comprendre le zona

Le zona, également appelé herpès zoster, est une infection virale causée par la réactivation du virus varicelle-zona. Ce dernier peut rester en sommeil dans les tissus nerveux et réapparaître des années plus tard sous la forme d’un zona.

Loading

Lire la suite »

Fascination pour la vie des milliardaires : plongée dans la psyché humaine

À une époque où la vie des milliardaires est fréquemment mise en avant dans les médias, elle devient souvent le sujet d’articles de magazines, de séries télévisées et de messages en vogue sur les réseaux sociaux. S’il est évident que la société éprouve une profonde fascination pour ces personnes, la question fondamentale qui se pose est la suivante : pourquoi leur vie nous intrigue-t-elle à ce point ?

Loading

Lire la suite »

Aider les patients porteurs de maladies rares en Valais et au-delà

Fondée à Sion en 2017, MaRaVal est une association à but non lucratif dédiée aux personnes atteintes de maladie rare et à leur famille. Elle propose des prestations dont l’efficacité a été démontrée, comme le soutien aux patients, la défense de leurs intérêts, la coordination des interventions et des formations dans divers domaines affectant la vie de ces personnes et de leurs proches. Entretien réalisé avec Christine de Kalbermatten, directrice et fondatrice de MaRaVal – maladies rares Valais.

Loading

Lire la suite »

Sauté de légumes de printemps

Cette recette est une véritable ode aux légumes frais du printemps. Elle présente un mélange coloré d’asperges, de pois mange-tout, de carottes et de poivrons, sautés dans une sauce légère et savoureuse à base de sauce soja, de gingembre, d’ail et d’un soupçon de miel pour la douceur. Garni de graines de sésame et d’herbes fraîches, ce plat est à la fois nutritif et visuellement attrayant, parfait pour les personnes gourmandes et soucieuses de leur santé.

Loading

Lire la suite »

Salade de quinoa et betteraves grillées

Une salade copieuse et rafraîchissante qui combine la douceur des betteraves rôties avec la saveur de noix du quinoa. Cette salade est mélangée avec de la roquette, des concombres en dés et de la feta émiettée, puis assaisonnée d’une vinaigrette citronnée. Garnie de noix grillées pour le croquant, c’est un repas équilibré et satisfaisant, idéal pour les premiers jours du printemps.

Loading

Lire la suite »