Infirmières référentes, l’accompagnement clé pour les patientes

Cancer sein

L’annonce du diagnostic d’un cancer du sein est un véritable bouleversement. Tout au long du parcours thérapeutique, les infirmières référentes sont là, en fidèles anges gardiens, pour accompagner et guider les patientes mais aussi leurs proches. Dans cette épreuve, grâce aux tests génomiques, la chimiothérapie n’est pas automatique au vu des cas où ses bénéfices sont incertains. Véritable révolution dans le traitement de certains cancers hormonodépendants, ils permettent de déterminer le risque de récidive d’un cancer et donc la nécessité ou non de recourir à la chimiothérapie. Entretien réalisé auprès de Sarah Augsburger et Aurélie Monnier, infirmières référentes (« breast care nurses ») au Centre du Sein du Centre hospitalier de Bienne. 

Par Adeline Beijns

Lorsque le diagnostic d’un cancer hormonodépendant est posé, quelles sont les différentes options thérapeutiques ?

Les différents traitements possibles vont dépendre de la spécificité et de l’agressivité de la tumeur cancéreuse. Dans le cas d’un cancer hormonodépendant, sa croissance est stimulée par les hormones féminines c’est-à-dire les œstrogènes et la progestérone. Lors de l’analyse de la tumeur, le pathologue examine si les cellules cancéreuses présentent des récepteurs hormonaux qui pourraient être sensibles à une hormonothérapie qui va freiner ou arrêter leur développement. A cette hormonothérapie, il est possible que le Tumor Board, c’est-à-dire le conseil de médecins regroupant divers spécialistes, décide qu’une chimiothérapie, une immunothérapie, une chirurgie ou encore une radiothérapie soit nécessaire. Une combinaison de ces traitements est parfois aussi recommandée en fonction du cas de la patiente. Donc nous parlons d’un traitement personnalisé à chaque patiente.

En ce qui concerne la chimiothérapie, est-ce que la perte des cheveux est vraiment inévitable ?

Les effets indésirables de la chimiothérapie peuvent être nombreux et variés et dépendent beaucoup, non seulement des produits utilisés mais aussi de leur dosage. Outre la fatigue, la perte de cheveux mais aussi des cils, des sourcils, des poils pubiens et axillaires, se produit souvent mais pas toujours. C’est de toute évidence un aspect très important que nous, en tant qu’infirmières, abordons avec la patiente avant le début des traitements et que nous réévaluons tout au long du parcours de soin.

Les femmes ont souvent très peur de la chimiothérapie, que pouvez-vous dire pour les rassurer à ce sujet ?

Pour un groupe spécifique de patientes, il est possible d’échapper à la chimiothérapie si l’on peut déterminer que cette dernière n’apportera aucun bénéfice par rapport au risque de récidive et n’améliore pas la survie. Cela évite les effets néfastes du traitement. Dans ce cas, les tests génomiques, qui sont une véritable révolution dans le traitement des cancers du sein. Ils permettent d’indiquer si le risque de récidive du cancer est élevé ou non, et si une chimiothérapie ajoutée à l’homonothérapie pourrait s’avérer utile ou non. Dans de nombreux cas, la patiente évite une chimiothérapie qui se serait révélée inutile même parfois en cas d’atteinte ganglionnaire.

Le parcours est déjà lourd, est-ce que le test génomique nécessite une intervention supplémentaire ?

Non pas du tout. Un tel test est réalisé sur les tissus de la tumeur de telle sorte qu’une intervention supplémentaire n’est pas nécessaire puisqu’il se réalise sur les cellules tumorales qui ont déjà été prélevées lors d’une biopsie, d’une tumorectomie ou d’une mastectomie.

Est-ce que la patiente doit faire des démarches spéciales pour ce test ?

La patiente n’a rien à faire hormis d’être d’accord. L’assurance maladie n’a pas besoin d’être contactée. Les tests génomiques sont pris en charge par la LaMAL depuis 2015 en cas de cancer du sein hormonodépendant, HER2 négatif, jusqu’à 3 ganglions atteints.

Est-ce que vous suivez les patientes tout au long du parcours ?

Oui dès le début c’est-à-dire dès qu’un diagnostic est posé et bien avant que les traitements ne commencent. Nous essayons de tout mettre en place pour que ces femmes et leurs proches aient le soutien dont elles ont besoin en fonction de leur situation spécifique. Lorsque le chemin thérapeutique a commencé, nous les soutenons et veillons à gérer au mieux les effets secondaires qu’elles pourraient ressentir.

Nous veillons aussi, bien sûr, à répondre à toutes les questions qu’elles se posent et à les orienter, par exemple, vers des spécialistes en fonction de leurs peurs si elles en ressentent le besoin. Il peut s’agir d’un accompagnement par les psycho-oncologues ou spirituel mais aussi de l’organisation de groupes de parole ou d’ateliers gratuits qui s’appellent « Look good, feel better » qui visent à donner des conseils esthétiques aux patientes.

En tant qu’infirmières référentes, nous avons accès à un réseau constitué de personnes médicales et non médicales qui peuvent aider à mieux vivre cette période parfois très difficile et nous essayons de donner tout l’encadrement qui est nécessaire et utile.

Cet article a été réalisé avec l’aimable soutien d’Exact Sciences International Sàrl
L’indépendance de l’opinion des infirmières a été entièrement respectée

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Comprendre le zona

Le zona, également appelé herpès zoster, est une infection virale causée par la réactivation du virus varicelle-zona. Ce dernier peut rester en sommeil dans les tissus nerveux et réapparaître des années plus tard sous la forme d’un zona.

Loading

Lire la suite »

Fascination pour la vie des milliardaires : plongée dans la psyché humaine

À une époque où la vie des milliardaires est fréquemment mise en avant dans les médias, elle devient souvent le sujet d’articles de magazines, de séries télévisées et de messages en vogue sur les réseaux sociaux. S’il est évident que la société éprouve une profonde fascination pour ces personnes, la question fondamentale qui se pose est la suivante : pourquoi leur vie nous intrigue-t-elle à ce point ?

Loading

Lire la suite »

Aider les patients porteurs de maladies rares en Valais et au-delà

Fondée à Sion en 2017, MaRaVal est une association à but non lucratif dédiée aux personnes atteintes de maladie rare et à leur famille. Elle propose des prestations dont l’efficacité a été démontrée, comme le soutien aux patients, la défense de leurs intérêts, la coordination des interventions et des formations dans divers domaines affectant la vie de ces personnes et de leurs proches. Entretien réalisé avec Christine de Kalbermatten, directrice et fondatrice de MaRaVal – maladies rares Valais.

Loading

Lire la suite »

Sauté de légumes de printemps

Cette recette est une véritable ode aux légumes frais du printemps. Elle présente un mélange coloré d’asperges, de pois mange-tout, de carottes et de poivrons, sautés dans une sauce légère et savoureuse à base de sauce soja, de gingembre, d’ail et d’un soupçon de miel pour la douceur. Garni de graines de sésame et d’herbes fraîches, ce plat est à la fois nutritif et visuellement attrayant, parfait pour les personnes gourmandes et soucieuses de leur santé.

Loading

Lire la suite »

Salade de quinoa et betteraves grillées

Une salade copieuse et rafraîchissante qui combine la douceur des betteraves rôties avec la saveur de noix du quinoa. Cette salade est mélangée avec de la roquette, des concombres en dés et de la feta émiettée, puis assaisonnée d’une vinaigrette citronnée. Garnie de noix grillées pour le croquant, c’est un repas équilibré et satisfaisant, idéal pour les premiers jours du printemps.

Loading

Lire la suite »