Lise, un combat, une renaissance

Photo by qinghill on Unsplash

Lise, patiente atteinte de mucoviscidose

Lise Henry est une jeune femme dont la vie a décidé de lui rendre sourire et bonheur après de longues années de combat avec la mucoviscidose. Cette maladie liée à des mutations du gène CFTR sur le chromosome 7 est d’origine génétique. La prise en charge de nos jours a progressé et a permis d’améliorer la qualité et l’espérance de vie des patients. 

Par Thierry Amann

Je m’appelle Lise Henry, j’ai 30 ans, je ne suis pas mariée mais je vie en couple depuis trois ans. Je sais que j’ai la mucoviscidose depuis toujours. Mes parents l’ont su à mon plus jeune âge. Le verdict est tombé quand j’étais âgée de 6 mois. Cela doit être dur lorsque vous êtes parents d’apprendre que votre enfant est atteint de mucoviscidose. A savoir que dans ma famille proche ou plus lointain, personne n’a eu la maladie déclenchée, je suis la seule.

Comment avez-vous grandi avec la maladie ? Votre quotidien ? Vos contraintes ?

Ce n’était pas facile tous les jours mais c’était une évidence, c’était comme ça. Il fallait accepter, avancer et se battre avec toute la lourdeur des traitements au quotidien, difficile pour un enfant puis pour une adolescente et enfin pour une jeune femme. Mon enfance, c’est beaucoup d’absence à l’école suite aux séjours dans les hôpitaux, beaucoup de désagréments, beaucoup de privations. Une coupure totale avec la scolarité à l’âge de 15 ans et cela jusqu’à 19 ans pour reprendre le chemin de l’école afin d’obtenir les certificats d’études obligatoires. Je ne pouvais rien faire comme les autres, pas de sport, pas de sorties, pas de balades avec mon chien, rien. J’arrivais à dormir 3 h d’affilée la nuit et c’était déjà pas mal pour moi, au chevet toujours ma bouteille d’oxygène et cela de 16 ans à 18 ans. Le kiné passait deux fois quotidiennement, l’aérosol à prendre trois fois par jour, les traitements avec des médicaments lourds. C’était mon quotidien. Je n’ai pas connu autre chose. Je n’ai pas eu de jeunesse.

Que s’est-il passé ensuite dans votre vie ?

En 2006, mes parents m’ont inscrite sur la liste pour obtenir une greffe, en étant mineure. Dix mois après, j’ai eu ma première greffe. Moi-même, devenue majeure je me suis inscrite pour une deuxième greffe et 14 mois après en 2014, j’ai eu la deuxième greffe.

Quel souvenir gardez-vous? Quel changement avez-vous ressenti ?

Pour la première opération je suis restée à l’hôpital 3 semaines, pour la deuxième un peu plus longtemps car ce n’était pas la seule intervention, mais dans l’ensemble, c’était ma renaissance. Ces greffes ont changé ma vie. J’ai vu le jour, j’ai enfin pu respirer, monter les escaliers, faire du vélo, sortir tout simplement sans le regard des autres qui me pesait lourd. Je vis pleinement. Je suis heureuse.

Avez-vous toujours des traitements à suivre ?

Oui, toujours à vie mais gérable, moins lourd, moins contraignant mais la mucoviscidose reste présente dans les autres organes.

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Comprendre le zona

Le zona, également appelé herpès zoster, est une infection virale causée par la réactivation du virus varicelle-zona. Ce dernier peut rester en sommeil dans les tissus nerveux et réapparaître des années plus tard sous la forme d’un zona.

Loading

Lire la suite »

Fascination pour la vie des milliardaires : plongée dans la psyché humaine

À une époque où la vie des milliardaires est fréquemment mise en avant dans les médias, elle devient souvent le sujet d’articles de magazines, de séries télévisées et de messages en vogue sur les réseaux sociaux. S’il est évident que la société éprouve une profonde fascination pour ces personnes, la question fondamentale qui se pose est la suivante : pourquoi leur vie nous intrigue-t-elle à ce point ?

Loading

Lire la suite »

Aider les patients porteurs de maladies rares en Valais et au-delà

Fondée à Sion en 2017, MaRaVal est une association à but non lucratif dédiée aux personnes atteintes de maladie rare et à leur famille. Elle propose des prestations dont l’efficacité a été démontrée, comme le soutien aux patients, la défense de leurs intérêts, la coordination des interventions et des formations dans divers domaines affectant la vie de ces personnes et de leurs proches. Entretien réalisé avec Christine de Kalbermatten, directrice et fondatrice de MaRaVal – maladies rares Valais.

Loading

Lire la suite »

Sauté de légumes de printemps

Cette recette est une véritable ode aux légumes frais du printemps. Elle présente un mélange coloré d’asperges, de pois mange-tout, de carottes et de poivrons, sautés dans une sauce légère et savoureuse à base de sauce soja, de gingembre, d’ail et d’un soupçon de miel pour la douceur. Garni de graines de sésame et d’herbes fraîches, ce plat est à la fois nutritif et visuellement attrayant, parfait pour les personnes gourmandes et soucieuses de leur santé.

Loading

Lire la suite »

Salade de quinoa et betteraves grillées

Une salade copieuse et rafraîchissante qui combine la douceur des betteraves rôties avec la saveur de noix du quinoa. Cette salade est mélangée avec de la roquette, des concombres en dés et de la feta émiettée, puis assaisonnée d’une vinaigrette citronnée. Garnie de noix grillées pour le croquant, c’est un repas équilibré et satisfaisant, idéal pour les premiers jours du printemps.

Loading

Lire la suite »