Comment appréhender la douleur ?

Douleur

La douleur est une expérience que nous partageons tous, mais elle reste profondément personnelle et souvent mal comprise. Il s’agit d’un phénomène complexe qui peut aller d’une légère gêne à un handicap, et qui affecte non seulement notre bien-être physique, mais aussi notre santé émotionnelle et mentale. Dans cet article, nous examinerons la nature de la douleur, en explorant ses différents types, ses origines et les façons spécifiques dont elle se manifeste. Des témoignages de patients nous permettront de mieux comprendre l’impact réel de la douleur sur la vie quotidienne.

Par Adeline Beijns

En quoi consiste la douleur ?

La douleur est une expérience complexe et subjective qui varie d’une personne à l’autre. C’est essentiellement la façon dont le corps envoie un signal d’alarme au cerveau pour l’avertir que quelque chose ne va pas. Elle peut aller d’une gêne légère et occasionnelle à une agonie sévère et chronique. La douleur peut être divisée en plusieurs types, chacun ayant des caractéristiques et des causes différentes.

Douleur aiguë : Il s’agit d’une douleur de courte durée qui agit comme une alarme, par exemple lorsque vous touchez une surface chaude. Elle est généralement vive et intense, mais disparaît lorsque la cause sous-jacente est traitée.

Douleur chronique : Contrairement à la douleur aiguë, la douleur chronique dure des semaines, des mois, voire des années. Elle peut résulter d’affections permanentes telles que l’arthrite ou les problèmes de dos, et sa nature persistante affecte souvent le bien-être émotionnel et mental.

Douleur neuropathique : Ce type de douleur est causé par une atteinte du système nerveux. Elle ressemble souvent à une brûlure ou à une douleur fulgurante et peut être causée par des affections telles que le diabète ou le zona.

Douleur nociceptive : Elle est causée par des lésions tissulaires et est généralement vive, douloureuse ou lancinante. Elle est généralement associée à une blessure ou à une inflammation due à des affections telles que l’arthrose.

Récupéré sur : giphy.com

Maladies rhumatismales

Les maladies rhumatismales dégénératives telles que l’arthrose et la polyarthrite rhumatoïde sont des causes majeures de douleur chronique. Elles provoquent des inflammations, des raideurs et des douleurs dans les articulations. Les douleurs musculaires causées par un surmenage ou une blessure et la névralgie, une douleur aiguë le long d’un nerf endommagé, ont également un impact significatif sur la vie quotidienne. Pour Emilie, 45 ans, secrétaire médicale, cette douleur est difficile à gérer : « Vivre avec la polyarthrite rhumatoïde signifie que chaque jour est imprévisible. Certains jours, la douleur est gérable, mais d’autres jours, c’est comme une bataille sans fin ».

Et le sport dans tout ça ?

Bien que bénéfique pour la santé, le sport n’est pas sans risques et est accompagné de son lot de bobos! Les contusions, plus communément appelées « bleus », se produisent lorsque de petits vaisseaux sanguins sont endommagés ou rompus par une force contondante, telle qu’une chute ou un choc contre un objet dur. Cette blessure entraîne une décoloration, un gonflement et une sensibilité de la zone touchée. Bien que généralement mineures, les ecchymoses peuvent être douloureuses et parfois indiquer un traumatisme plus profond, en particulier si elles sont importantes ou si elles se produisent fréquemment au même endroit.

Les foulures et les entorses, bien que souvent confondues, sont des types de blessures différents. Les foulures sont des lésions des muscles ou des tendons, les tissus fibreux qui attachent les muscles aux os. Elles sont souvent causées par un étirement excessif ou une surutilisation, ce qui entraîne une douleur, une faiblesse et des spasmes musculaires. Le dos et les ischio-jambiers sont les régions les plus souvent touchées. Quant aux entorses, elles, impliquent l’étirement ou la déchirure des ligaments, ces bandes de tissus fibreux résistants qui relient deux os dans vos articulations. Les symptômes comprennent la douleur, le gonflement, les ecchymoses et la limitation des mouvements de l’articulation.

Ces effets, Michael, un sportif passionné de 54 ans, ne les connaît que trop bien : « Après une entorse de la cheville, le gonflement et la douleur ont été immédiats. Il a fallu des semaines de soins et de repos pour que la douleur s’estompe », raconte Michael, un sportif passionné de 54 ans. Enfin, la ténosynovite est une inflammation de la gaine entourant un tendon, souvent causée par un usage répétitif ou une blessure. Elle touche souvent les mains, les poignets et les pieds et peut provoquer des douleurs articulaires, des gonflements et des difficultés à bouger la zone affectée. Cette affection est souvent observée chez les personnes qui effectuent des mouvements répétitifs, comme la dactylographie, la pratique d’un instrument de musique ou de certains sports.

Récupéré sur : giphy.com

Qualité de vie menacée

La douleur, en particulier la douleur chronique, peut avoir un impact profond sur la vie des patients. Elle affecte le fonctionnement physique, la santé émotionnelle et les interactions sociales. Les personnes souffrant de douleur chronique font souvent état de sentiments d’anxiété, de dépression et d’isolement. John, 57 ans, ouvrier dans le bâtiment en a fait la malheureuse expérience et se confie, « Le mal de dos chronique a changé ma vie. J’ai dû abandonner mon travail et compter sur le soutien de ma famille. Ce n’est pas seulement une douleur physique, c’est aussi une lutte mentale ».

Rechercher de l’aide

Si vous ressentez une douleur, il est important d’en évaluer le type et la gravité. En cas de douleur légère ou modérée, une visite chez le pharmacien peut s’avérer utile. En revanche, une douleur persistante ou sévère justifie une visite chez le médecin. Il existe des traitements efficaces, mais ils doivent être adaptés à vos besoins spécifiques et à votre état. « Après avoir discuté avec mon médecin, nous avons trouvé un plan de gestion de la douleur qui fonctionne pour moi. Il ne s’agit pas seulement de médicaments, mais aussi de changements de mode de vie et de thérapies », explique ainsi Sarah, qui souffre de douleurs neuropathiques dues à son diabète de type 1.

Au final…

Il est essentiel de comprendre les différents types de douleur et leur origine pour les gérer efficacement. Si la douleur peut avoir un impact significatif sur la qualité de vie, le recours à une aide professionnelle peut permettre de mettre en place des stratégies de gestion efficaces.

Verfora Kytta

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Pleins feux sur l’ergothérapie pédiatrique

L’ergothérapie pédiatrique est un pilier essentiel dans le développement des enfants ayant besoin d’un accompagnement spécialisé dans les activités de la vie quotidienne. Cette approche thérapeutique met en lumière l’importance de soutenir l’autonomie et l’intégration sociale dès le plus jeune âge.

Loading

Lire la suite »

L’union fait la force

Nicole Gusset joue un rôle crucial dans l’accompagnement des personnes atteintes de SMA (amyotrophie spinale) en Suisse et, depuis peu, à l’échelle européenne, grâce à une approche basée sur l’information et la confiance.

Loading

Lire la suite »

Diabète : l’odyssée SUGARBIKE

Fanny Zihlmann, une artiste et aventurière atteinte de diabète de type 1, nous emmène dans son projet ambitieux : SUGARBIKE. Cette initiative personnelle vise à démontrer que le diabète ne constitue pas une barrière à l’aventure et à l’exploration de soi. À travers un périple à vélo, Fanny aspire à repousser ses limites physiques et mentales, tout en sensibilisant sur le diabète.

Loading

Lire la suite »

La myopie : Comprendre, vivre et traiter

Dans un monde de plus en plus dominé par les écrans et un mode de vie sédentaire, la myopie est devenue une préoccupation de santé publique majeure. Aujourd’hui, des millions de personnes à travers le globe sont affectées par cette condition, avec des prévisions indiquant que près de la moitié de la population mondiale pourrait être myope d’ici 2050.

Loading

Lire la suite »