Internet : démêler le vrai du faux

À l’ère du numérique, l’internet regorge d’une quantité impressionnante d’informations sur presque tous les sujets, y compris la santé et la médecine. Si cette démocratisation de l’information a apporté de nombreux avantages, elle a également engendré un terrain propice à la désinformation, entraînant de nombreuses personnes sur la voie d’une anxiété inutile, d’autodiagnostics erronés et de traitements inadéquats.

Par Adeline Beijns

Les forums et l’alarmisme

Sur Internet, on trouve de nombreux forums et réseaux sociaux où les utilisateurs partagent leurs expériences personnelles et leurs conseils. Bien que ces plateformes puissent offrir un soutien et favoriser l’engagement de la communauté, elles peuvent également être le théâtre d’exagérations et d’alarmisme. Il n’est pas rare de tomber sur des fils de discussion qui s’enfoncent dans un pronostic catastrophique, amenant les gens à croire qu’ils sont « condamnés à mourir » sur la base d’un symptôme qui pourrait être relativement bénin.

Les « médecins de l’Internet »

Tout aussi préoccupante est la montée en puissance des « médecins sur Internet » autoproclamés – des personnes qui, sans aucune formation médicale certifiée, dispensent des conseils comme s’il s’agissait de professionnels. Cela met non seulement en péril la santé de la personne qui demande des conseils, mais sape également la crédibilité des conseils d’experts médicaux.

Devenir un acteur de santé responsable

Alors, comment s’y retrouver dans ce dédale d’informations en ligne sur la santé ? La réponse réside dans la capacité des individus à devenir les acteurs responsables de leur propre santé. Être acteur de sa propre santé implique d’évaluer de manière critique les sources en ligne, de distinguer les informations crédibles des conseils douteux et, surtout, de ne pas hésiter à consulter un professionnel de la santé en cas de doute.

N’attendez pas les premiers symptômes, informez-vous !

Ainsi, votre médecin de famille reste votre allié le plus fiable pour rester en bonne santé. Formé à l’évaluation et au diagnostic de divers problèmes de santé, il peut vous conseiller sur la base d’une connaissance approfondie de vos antécédents médicaux et de votre état de santé actuel.

En conclusion, bien qu’il soit impératif de rester prudent et informé, il est tout aussi important de ne pas tomber dans le piège de la panique liée à des recherches en ligne malencontreuses. Et comme le dit notre slogan : N’attendez pas les premiers symptômes, informez-vous !

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Loading

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Solitude et cancer, briser la spirale infernale

Affronter un cancer est une expérience brutale, nous le savons tous. Hormis la lourdeur des traitements et l’incertitude quant à leur issue, nombreuses sont les personnes à confesser que le plus dur à vivre est la solitude voire le sentiment d’incompréhension que l’on peut ressentir au cours de cette épreuve. Les choses changent, fort heureusement.

Lire la suite »

L’allaitement, cette arme anti-cancer

L’allaitement maternel présente des avantages pour la santé du bébé et de la mère. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’allaitement maternel est l’un des moyens les plus efficaces de garantir la santé et la survie des jeunes enfants. Les femmes qui allaitent ont également un risque réduit de cancer du sein et des ovaires. 

Lire la suite »

Échapper à la chimiothérapie ?

En Suisse, ce sont plus de 6’000 femmes qui découvrent chaque année qu’elles sont atteintes d’un cancer du sein. De nos jours, les patientes peuvent bénéficier d’un suivi optimal, grâce à l’expansion des centres du sein certifiés et dans certains cas, éviter une chimiothérapie, grâce au test génomique.

Lire la suite »

Le cancer du sein triple négatif, agressif et plutôt rare

Forme particulièrement agressive de la maladie, le cancer du sein triple négatif ne représente qu’environ 15% des cas. La difficulté de son traitement est liée au fait que ce type de cancer ne présente aucun marqueur, à la surface des cellules cancéreuses, susceptible de répondre à une thérapie ciblée existante.

Lire la suite »