Les « alternatives » au tabac

Le marché des produits nicotinés est en constante évolution. Depuis quelques années, nous observons en effet de nouvelles formes de consommation censées réduire les risques liés au tabagisme. Eclairage avec M. Markus Meury, responsable Communication et Médias de l’association Addiction Suisse.

Par Emmanuel Viaccoz

Ces produits alternatifs présentent-ils moins de risques pour la santé ?

En comparaison avec les substances toxiques issues de la cigarette classique, le degré de dangerosité est moindre. Cependant, la nicotine pourrait aussi jouer un rôle dans le développement de certains cancers et s’avère dangereuse pendant une grossesse. Les résultats de différentes études laissent supposer qu’elle est susceptible d’entraver le développement cérébral du foetus, d’augmenter les risques d’accouchement prématuré, d’enfant mort-né et de mort subite du nourrisson.

Toujours selon ces mêmes études, de solides éléments suggèrent que la nicotine impacte négativement le système immunitaire et, de ce fait, est à l’origine de la vulnérabilité accrue des fumeurs et fumeuses pour tout type d’infection.

Enfin, la nicotine pourrait être aussi à l’origine de certaines maladies cardiovasculaires et d’artériosclérose. À forte dose, elle peut provoquer une intoxication létale.

Les cigarettiers vantent le « tabac à chauffer » avec, selon eux, 95% de produits toxiques en moins…

Ces dernières années, les cigarettiers ont mis sur le marché plusieurs produits censés chauffer le tabac sans le brûler et par conséquent, libérer beaucoup moins de substances toxiques. Selon les fabricants, ces produits contiendraient 90 à 95% de substances nocives en moins.

Etant donné qu’ils n’ont fait leur apparition que récemment, très peu d’études indépendantes ont été réalisées. Celles-ci arrivent à des conclusions divergentes : alors que certaines vont dans le même sens que celles de l’industrie du tabac, d’autres font état d’une émission de substances toxiques légèrement plus élevée ; et pour certaines, ces émissions atteindraient pratiquement le même niveau que pour la cigarette.

Les risques réels pour la santé n’apparaîtront qu’à long terme. Il est important de souligner cependant que 95% de substances nocives en moins ne signifie pas 95% de risques en moins. En effet, des études sur des cellules in vitro ont démontré des dommages similaires à la cigarette.

L’e-cigarette semble avoir le vent en poupe. Remplacera-t-elle à terme la cigarette classique ?

Un groupe d’experts a estimé que la cigarette électronique était 95% moins toxique que la cigarette classique, car on ne trouve qu’une petite partie des composants responsables des cancers et des maladies cardiovasculaires dans son aérosol. Ces produits contiennent néanmoins des substances telles que le formaldéhyde, l’alcool benzylique et les nitrosamines.

Comme pour toutes les substances toxiques, on ne sait pas si les effets nocifs augmentent de façon linéaire avec la quantité consommée. Seules des observations sur la durée permettront de déterminer les risques réels pour la santé. A ce jour, les données ne sont pas claires quant à savoir si la cigarette électronique peut favoriser des inflammations des voies respiratoires telles que bronchite ou asthme.

Pour ce qui concerne la nicotine, des études ont établi qu’avec l’e-cigarette, le taux de concentration de nicotine dans le sang peut être identique à celui d’une cigarette classique. Pour l’heure, il est encore prématuré de spéculer sur l’avenir de la cigarette électronique à long terme.

En matière de consommation de tabac, quel bilan pouvons-nous tirer à ce jour ?

Selon une statistique 2017 du Monitorage suisse des addictions, un peu plus de 25% de la population de 15 ans et plus fume des produits du tabac. Deux millions de personnes environ consomment donc des produits qui contiennent de la nicotine avec tous les risques que cela comporte sur le plan de la santé.

Les atteintes sont dues pour l’essentiel au fait que la nicotine est délivrée par combustion du tabac, ce qui entraîne chaque année environ 9500 décès prématurés. Les principales causes de décès liées au tabagisme sont les différents cancers des voies respiratoires, les maladies cardiovasculaires et la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Quels sont les principaux agents responsables de ces maladies ?

La fumée d’une cigarette contient plus de 7000 composés chimiques, souvent regroupés sous le nom de « goudron ». La plupart se présentent sous forme de particules extrêmement fines qui pénètrent dans les poumons. 250 au moins sont toxiques et parmi celles-ci, au moins 70 sont cancérigènes ou potentiellement cancérigènes.

Par ailleurs, le monoxyde de carbone (CO), les gaz oxydants et les métaux lourds génèrent des maladies cardiovasculaires. On relève également la présence de différents gaz irritants qui peuvent provoquer de l’asthme, des bronchites et des BPCO.

Une conclusion ?

Pour préserver sa santé, renoncer aux produits nicotiniques est la « voie royale ». La meilleure solution est en effet de ne pas commencer à consommer.

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Comprendre le zona

Le zona, également appelé herpès zoster, est une infection virale causée par la réactivation du virus varicelle-zona. Ce dernier peut rester en sommeil dans les tissus nerveux et réapparaître des années plus tard sous la forme d’un zona.

Loading

Lire la suite »

Fascination pour la vie des milliardaires : plongée dans la psyché humaine

À une époque où la vie des milliardaires est fréquemment mise en avant dans les médias, elle devient souvent le sujet d’articles de magazines, de séries télévisées et de messages en vogue sur les réseaux sociaux. S’il est évident que la société éprouve une profonde fascination pour ces personnes, la question fondamentale qui se pose est la suivante : pourquoi leur vie nous intrigue-t-elle à ce point ?

Loading

Lire la suite »

Aider les patients porteurs de maladies rares en Valais et au-delà

Fondée à Sion en 2017, MaRaVal est une association à but non lucratif dédiée aux personnes atteintes de maladie rare et à leur famille. Elle propose des prestations dont l’efficacité a été démontrée, comme le soutien aux patients, la défense de leurs intérêts, la coordination des interventions et des formations dans divers domaines affectant la vie de ces personnes et de leurs proches. Entretien réalisé avec Christine de Kalbermatten, directrice et fondatrice de MaRaVal – maladies rares Valais.

Loading

Lire la suite »

Sauté de légumes de printemps

Cette recette est une véritable ode aux légumes frais du printemps. Elle présente un mélange coloré d’asperges, de pois mange-tout, de carottes et de poivrons, sautés dans une sauce légère et savoureuse à base de sauce soja, de gingembre, d’ail et d’un soupçon de miel pour la douceur. Garni de graines de sésame et d’herbes fraîches, ce plat est à la fois nutritif et visuellement attrayant, parfait pour les personnes gourmandes et soucieuses de leur santé.

Loading

Lire la suite »

Salade de quinoa et betteraves grillées

Une salade copieuse et rafraîchissante qui combine la douceur des betteraves rôties avec la saveur de noix du quinoa. Cette salade est mélangée avec de la roquette, des concombres en dés et de la feta émiettée, puis assaisonnée d’une vinaigrette citronnée. Garnie de noix grillées pour le croquant, c’est un repas équilibré et satisfaisant, idéal pour les premiers jours du printemps.

Loading

Lire la suite »