Mesdames, autopalpez-vous !

Bien que le dépistage du cancer du sein par une mammographie et les consultations régulières chez le gynécologue permettent de détecter d’éventuelles tumeurs, l’autopalpation reste un moyen très efficace pour déceler toute anomalie et éviter l’évolution d’une tumeur cancéreuse. 50% des femmes ayant un cancer du sein, l’ont découvert par elles-mêmes. Entretien auprès du Docteur Alexandre Bodmer, Médecin oncologue spécialiste FMH, responsable du Centre du Sein et de l’Unité d’Oncogynécologie médicale aux HUG.

Par Adeline Beijns

Quelle est l’importance de l’auto-palpation des seins ?

Bien que l’autopalpation ait été décriée à un moment donné car le personnel médical craignait qu’elle ne remplace le dépistage du cancer du sein ou les consultations annuelles chez le gynécologue, l’expérience montre qu’elle est très importante. Elle permet en effet de détecter des anomalies telles qu’une inflammation de la glande voire des cancers dans 50% des cas. Ce n’est pas marginal.

“L’autopalpation permet de détecter une anomalie dans 50% des cas.”

Docteur Alexandre Bodmer

Mais elle est surtout importante car elle permet une meilleure connaissance de son propre corps à la fois de manière visuelle mais aussi au point de vue du toucher c’est-à-dire de la texture des seins. Si elle est faite de manière systématique et régulièrement, elle permet de déceler les changements qui doivent pousser à aller consulter un médecin. Rappelons qu’il ne s’agit pas toujours d’un cancer mais si c’est le cas, au plus tôt ce dernier sera diagnostiqué, au plus grandes sont les chances de guérison.

D’après votre expérience, est-ce que les femmes le font généralement ? Et pensez-vous qu’elles s’y prennent bien ?

Toutes les femmes sont différentes et cela dépend beaucoup de leur personnalité et de leur rapport à la maladie. Parmi celles qui ne s’autocontrôlent pas, il y a celles qui y accordent peu d’importance ou qui jugent ne pas en avoir le temps et celles qui trouvent cela anxiogène car ce geste pourrait révéler la présence d’une anomalie.

Shocked Beach Day GIF
Source : Giphy

Par contre, je pense que la majorité des femmes le font par peur de manquer quelque chose. Mais la véritable question est: le font-elles correctement et suffisamment régulièrement pour bien se connaître et voir un changement dans leur corps au fil du temps? Là je pense qu’il est possible d’apporter plus de régularité et une certaine méthode pour bien s’y prendre et ne pas oublier une partie du sein, de la glande mammaire ou du creux axillaire.

Quelles sont les méthodes, à faire chez soi à la maison, que vous préconisez ?

L’aspect visuel du sein, de la peau et du mamelon est très important c’est-à-dire qu’il faut se regarder de face, de côté ou un peu penché vers l’avant, devant un miroir. Ainsi, un changement de volume, l’apparition d’une masse, un épaississement, un changement de coloration ou la formation de fossettes, crevasses ou plissements doivent alerter. En se regardant il convient aussi de modifier la position de ses bras pour voir ses seins sous différents angles. Les femmes peuvent donc d’abord garder les bras le long du corps, puis les lever vers le ciel avant de poser les mains sur les hanches.

Source : Giphy

Ensuite, il y a trois méthodes de palpation: circulaire, verticale et par cadran. Pour la première méthode, levez le bras droit et palpez le sein droit à l’aide des trois doigts du milieu de la main gauche. Commencez par la partie externe puis parcourez tout le sein en appuyant légèrement et en effectuant des petits cercles. Répétez les mêmes gestes du côté gauche avec la main droite.

En ce qui concerne la méthode verticale, on part du haut de l’aisselle et on palpe le sein de haut en bas en suivant des lignes verticales très serrées. Enfin, la méthode par cadran consiste à palper le sein du mamelon jusqu’à l’extérieur du sein, en ligne droite, et à répéter le geste jusqu’à faire le tour du sein.

Y a-t-il un moment particulier où ces exercices sont plus efficaces ?

Oui absolument, après les règles car il existe alors une moins grande stimulation de la glande mammaire qui peut rendre la palpation plus difficile. Et puisque le cancer du sein est majoritairement diagnostiqué après la ménopause, il est aussi très important que les femmes ménopausées le fassent régulièrement. Idéalement, à une date fixe. Et sans devenir obnubilée par l’autopalpation, je recommande de le faire au moins une fois par mois.

Des solutions existent, renseignez-vous !

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Partagez sur

Partager sur facebook
Facebook

Plus d’articles :

Chez moi ça sent la rose !

Vous l’ignoriez sans doute, mais vos selles tombent forcément dans l’une des sept catégories identifiées par l’échelle de Bristol. La forme des selles dépend de la durée de leur séjour dans les intestins. Enquête… 

Lire la suite »

La maladie aux mille visages

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire chronique incurable du système nerveux central. En Suisse, plus de 15’000 personnes en souffrent. La Société suisse de la sclérose en plaques, association à but non lucratif, offre son soutien aux malades ainsi qu’à leurs proches.

Lire la suite »

AU SECOURS ! Yeux rouges, secs et irrités ?

Qui n’a pas déjà eu cette expérience désagréable de yeux secs, rouges et irrités ? Ce problème, relativement courant, est causé par un manque chronique d’hydratation et de lubrification de la surface de l’œil. Pour éviter ces désagréments et tout risque d’infection (blépharite), une bonne hygiène palpébrale est recommandée.

Lire la suite »