LA CRISE DE GOUTTE, UNE DOULEUR CUISANTE !

You Should Eat More Spicy Food | Time

Survenant à la suite d’un excès d’acide urique dans le sang, la goutte se manifeste par des crises très douloureuses qui touchent généralement une voire plusieurs articulations. La goutte touche fréquemment des personnes qui cumulent les facteurs de risque cardio-vasculaires et peut entraîner de lourdes conséquences pour le patient. Grâce à des traitements adaptés, cette maladie n’est plus une fatalité. Entretien auprès du Dr méd. Pierre-Alain Buchard, Spécialiste FMH en médecine interne et en rhumatologie.

Par Adeline Beijns

Qu’est-ce que la goutte ?

Il s’agit d’une maladie métabolique causée par un taux anormalement élevé d’acide urique dans le sang. L’acide urique est le produit final de la dégradation des purines qui proviennent essentiellement de cellules mortes mais aussi, pour une partie, de notre alimentation. L’excès d’acide urique peut avoir plusieurs origines: il peut exister une cause génétique de mauvaise élimination par les reins à laquelle s’associe une alimentation qui privilégie les aliments riches en purines (abats, fruits de mer, asperges etc.).

Source : Giphy

Cette accumulation d’acide urique se dépose sous forme de cristaux dans les articulations, mais aussi dans les tissus mous périarticulaires, les reins et les voies urinaires. Ces dépôts déclenchent alors des réactions inflammatoires à l’origine de la douleur.

Quels en sont les principaux symptômes ?

La goutte peut prendre soit la forme d’une crise aiguë très douloureuse, soit la forme d’une maladie chronique caractérisée par des dépôts de cristaux sans déclencher le moindre symptôme. Les deux formes peuvent coexister mais la maladie reste silencieuse jusqu’au moment d’une crise aiguë : c’est alors que les patients consultent. La crise touche le plus souvent les membres inférieurs, en particulier le gros orteil (70 % des cas), la cheville ou le genou.

“La crise touche le plus souvent les membres inférieurs, en particulier le gros orteil.”

Dr méd. Pierre-Alain Buchard

Plus rarement, les cristaux s’accumulent en amas parfois visibles sous la peau: on parle alors de tophi goutteux. Ces amas se produisent aussi dans les reins ou les voies urinaires et sont alors susceptibles d’endommager le fonctionnement des reins et d’entrainer une insuffisance rénale.

Qui est généralement touché par la goutte ?

Essentiellement les hommes dont l’âge moyen se situe autour de 45 ans. Le sexe est vraiment important et entre dans les critères de diagnostic. Il est rarissime que les femmes non ménopausées soient touchées. Les femmes âgées par contre, qui ne sont plus protégées par les hormones sexuelles, sont sujettes à des crises de goutte lorsqu’elles prennent des diurétiques qui ont la capacité de diminuer l’excrétion d’acide urique.

Comment la traiter ?  

Le traitement dépend du type de goutte dont souffre le patient. En cas de crise articulaire aiguë, trois traitements peuvent être prescrits, à savoir la colchicine, recommandée depuis l’Antiquité mais dont les effets peuvent parfois être toxiques, les anti inflammatoires non stéroïdiens tels que l’ibuprofène à utiliser avec prudence chez les personnes âgées et enfin la cortisone sous forme de comprimés ou d’injection. Quel que soit le traitement choisi, il doit être administré le plus vite possible pour augmenter son efficacité.

Dans la forme chronique, dite parfois silencieuse (car il n’y a pas de symptômes), on utilise des hypo-uricémiants (allopurinol ou fébuxostat), à savoir des médicaments diminuant le taux sanguin d’acide urique. On empêche ainsi la formation de nouveaux cristaux et on favorise la dissolution des cristaux déjà formés. Le traitement doit être instauré progressivement, le but étant d’atteindre une uricémie d’au maximum 360 μmol/L.

Quelles sont les conséquences d’une mauvaise prise en charge ?

Sur le long terme, le risque est la destruction articulaire car l’acide urique est toxique pour l’articulation. Par ailleurs, le rôle de l’acide urique dans le développement des maladies cardiovasculaires fait l’objet de controverses scientifiques.

Des solutions existent, renseignez-vous ! www.infogoutte.ch

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Partagez sur

Partager sur facebook
Facebook

Plus d’articles :

Chez moi ça sent la rose !

Vous l’ignoriez sans doute, mais vos selles tombent forcément dans l’une des sept catégories identifiées par l’échelle de Bristol. La forme des selles dépend de la durée de leur séjour dans les intestins. Enquête… 

Lire la suite »

La maladie aux mille visages

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire chronique incurable du système nerveux central. En Suisse, plus de 15’000 personnes en souffrent. La Société suisse de la sclérose en plaques, association à but non lucratif, offre son soutien aux malades ainsi qu’à leurs proches.

Lire la suite »

AU SECOURS ! Yeux rouges, secs et irrités ?

Qui n’a pas déjà eu cette expérience désagréable de yeux secs, rouges et irrités ? Ce problème, relativement courant, est causé par un manque chronique d’hydratation et de lubrification de la surface de l’œil. Pour éviter ces désagréments et tout risque d’infection (blépharite), une bonne hygiène palpébrale est recommandée.

Lire la suite »