Douleurs articulaires : oui à la phytothérapie

Dès 50 ans, nombreuses sont les personnes qui souffrent d’arthrose, de rhumatismes ou de douleurs musculaires. Certaines plantes peuvent apporter un réel soulagement.

Par Adeline Beijns

Plantes médicinales

Avant que les médicaments existent, nos ancêtres souffraient également d’arthrose, de douleurs musculaires, articulaires et de névralgies ainsi que d’autres maladies rhumatoïdes dégénératives.

Source : Giphy

Mais comment se soignaient-ils ?

Plus proches de la nature, ils faisaient appel aux nombreuses plantes qui nous entourent encore aujourd’hui et plus particulièrement aux parties curatives du végétal c’est-à-dire la racine, mais aussi la tige, la feuille, le fruit ou la fleur.

Avec l’arrivée des molécules de synthèse au début du XXe siècle, les cours d’herboristerie ont disparu des facultés de médecine et ainsi, tout le «savoir» de nos ancêtres. C’est bien dommage car même si la phytothérapie ne fait pas de miracles, elle est un bon complément de la médecine allopathique et présente de nombreux avantages.

La consoude : un remède millénaire

Découverte par Glaucias, médecin militaire romain qui en 180 avant J.-C. prouva son action pour les fractures et les lésions osseuses, la consoude fait aujourd’hui l’objet de nombreuses études scienti- fiques.

Plante faisant partie de la famille des borraginacées comme le myosotis et la bourrache, elle a en effet prouvé son efficacité par rapport au diclofénac, un anti-inflammatoire non stéroïdien, et serait particulièrement utile dans le traitement d’entorses, de contusions et d’élongations dues au sport ou aux accidents mais aussi contre les douleurs liées à tout type d’arthrose.

Parmi les milliers de plantes soignantes, la consoude dont le nom indique qu’elle «consolide et «soude» les os brisés, a des propriétés adoucissantes, astringentes et cicatrisantes.

Contenant en quantité non négligeable du potassium, du calcium, du magnésium, du cuivre, du zinc, du manganèse, du fer et du bore, la consoude est utilisée tant pour des usages internes (entérites, ulcères digestifs…) qu’externes (contusions, douleurs musculaires, articulaires…) grâce à ses précieux effets décongestionnants, analgésiques et anti-inflammatoires.

Source : Giphy

Elle serait ainsi spécialement intéressante pour apaiser les inflammations et les douleurs générées par une surcharge des tendons et des gaines synoviales tendineuses.

Des solutions existent … découvrez-les ! https://www.verfora.ch/fr/produkte/kytta-salbe/

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Partagez sur

Partager sur facebook
Facebook

Plus d’articles :

Chez moi ça sent la rose !

Vous l’ignoriez sans doute, mais vos selles tombent forcément dans l’une des sept catégories identifiées par l’échelle de Bristol. La forme des selles dépend de la durée de leur séjour dans les intestins. Enquête… 

Lire la suite »

La maladie aux mille visages

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire chronique incurable du système nerveux central. En Suisse, plus de 15’000 personnes en souffrent. La Société suisse de la sclérose en plaques, association à but non lucratif, offre son soutien aux malades ainsi qu’à leurs proches.

Lire la suite »

AU SECOURS ! Yeux rouges, secs et irrités ?

Qui n’a pas déjà eu cette expérience désagréable de yeux secs, rouges et irrités ? Ce problème, relativement courant, est causé par un manque chronique d’hydratation et de lubrification de la surface de l’œil. Pour éviter ces désagréments et tout risque d’infection (blépharite), une bonne hygiène palpébrale est recommandée.

Lire la suite »