Les tests génomiques pour éviter une chimiothérapie

Souvent synonyme d’effets secondaires lourds, la chimiothérapie dans le traitement de certains cancers du sein peut aujourd’hui être adéquatement prescrite grâce à un test génomique qui va en révéler l’utilité ou non. Entretien auprès du Docteur Didier Jallut, Spécialiste en Oncologie médicale à Lausanne.

Par Adeline Beijns

Que signifie la chimiothérapie pour vos patientes, en particulier pour les femmes atteintes d’un cancer du sein précoce ?

L’annonce du mot « chimiothérapie » fait naturellement souvent très peur même si les femmes peuvent y réagir de manière très différente en fonction de leur constitution, de leur âge, de leur poids ainsi que de leur condition médicale. Pour certaines, cela se passe très bien et pour d’autres, il s’agit d’une véritable épreuve physique et psychologique. Toutefois, la chimiothérapie est beaucoup mieux tolérée qu’il y a 10 ou 20 ans.

De nos jours, les patientes ne vomissent presque plus et les nausées se font de plus en plus rares; mais il est vrai que la perte des cheveux reste un événement douloureux d’un point de vue psychologique. C’est précisément sur cet aspect-là, qu’en tant que médecins, nous nous devons d’être présents pour nos patientes et leurs familles. J’aime prendre le temps d’expliquer pourquoi un certain traitement est choisi et dans le cas de la chimiothérapie, pourquoi cette dernière apportera un avantage. Dans le cadre du Réseau Lausannois du Sein, je suis assisté par deux infirmières, que l’on appelle référentes, qui sont là pour soutenir psychologiquement et pratiquement toutes les patientes en leur donnant des conseils.

Quelle est la place des signatures génomiques dans la prise de décision thérapeutique pour ces patientes ?

Les tests génomiques ont une place très importante dans le traitement du cancer du sein car ils vont permettre d’une part, d’analyser l’expression d’un certain nombre de gènes somatiques au niveau des cellules tumorales et d’autre part, d’identifier les cellules cancéreuses agressives. Selon l’expression de ces gènes, on va pouvoir estimer le risque de récidive et prédire le bénéfice d’une chimiothérapie adjuvante dans les cancers du sein hormono-sensibles à un stade précoce. Ils nous permettent ainsi d’être plus précis dans les traitements que nous prescrivons.

Quel impact peut avoir un test génomique sur l’acceptation du traitement pour une patiente ? Les patientes sont-elles rassurées dans un cas comme dans l’autre ?

J’aimerais vous parler de deux patientes très différentes pour lesquelles le test génomique a été bénéfique. En général, lorsque le score de récidive est élevé, c’est-à-dire au-dessus de 25, cela implique la présence d’une tumeur agressive qui doit absolument être traitée par une chimiothérapie.

Dans le cas de la première patiente, les premières analyses étaient plutôt réconfortantes et rien ne laissait entrevoir la nécessité d’une chimiothérapie. Mais le score révélé par le test était de 50, ce qui prouvait l’agressivité du cancer et l’absolue nécessité d’une chimiothérapie. La patiente était bien sûr très désappointée mais cela lui a permis de recevoir le traitement adéquat.

Dans le cas de la seconde personne, la chimiothérapie était initialement prévue mais le score de récidive était extrêmement bas, ce qui a été une excellente surprise tant pour la patiente que pour l’équipe médicale.

Est-ce que le fait que des études ont montré qu’il est possible d’éviter la chimiothérapie pour une grande proportion de patientes, même pour celles avec une atteinte ganglionnaire (de 1 à 3 ganglions atteints), est porteur d’espoir ?

Oui très certainement et c’est une grande avancée pour les femmes atteintes d’un cancer du sein. Mais il ne faut pas oublier que la chimiothérapie reste un outil thérapeutique très important, notamment pour les cancers à haut risque de récidive dans les 5 ans, c’est-à-dire pour les tumeurs peu différenciées qui se divisent rapidement, ou présentant un score de récidive élevé, ou avec plus de 3 ganglions métastatiques.

Plus d’informations sur les tests génomiques ici :

https://www.exactsciences.com/fr

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la version papier Salle d’attente pour avoir accès à toutes les informations sur le sujet: témoignages, tests, adresses utiles, infographies et autres.
Alors n’attendez-plus !
CHF39.00

Partagez sur

Partager sur facebook
Facebook

Plus d’articles :

Comment soulager les jambes lourdes ?

Nombreuses sont les personnes, à souffrir de jambes lourdes. Conséquence d’une mauvaise circulation dans la partie inférieure du corps, ce problème s’accentue l’été car la chaleur dilate les vaisseaux sanguins et freine la circulation sanguine. Heureusement, des solutions simples existent.

Lire la suite »

Votre ticket de sortie du cercle vicieux des régimes

« J’en peux plus de ce ventre ! », « J’ai l’air d’un boudin dans ce pull ! ». Ce sont généralement ce genre de pensées qui initie une période de « reprise en mains » : « A partir de demain, c’est fini les écarts ! » Et paradoxalement, c’est aussi ce type de pensées qui a le pouvoir de saboter nos bonnes intentions dès le départ.

Lire la suite »

Une pompe à insuline a changé sa vie

Il apparaît le plus souvent dans l’enfance ou au début de l’âge adulte. Mais il peut toucher des personnes de tous âges. Marc a 8 ans lorsqu’on lui diagnostique un diabète de type 1. Depuis, ses journées sont rythmées par plusieurs injections d’insuline. A 38 ans, sa vie change grâce à un type de pompe à insuline, qui lui permet de retrouver une vie presque normale.

Lire la suite »